Aller directement au contenu

La directive sur les plastiques à usage unique ne devrait pas être reportée

L’Europe ne devrait en effet pas revenir sur sa décision malgré la demande, dans une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, de l’association European Plastics Converters (EuPC), principale association professionnelle au niveau de l’UE, représentant les entreprises européennes de transformation des plastiques. Celle-ci y demandait en effet un report d’au moins un an de la mise en œuvre …

La directive sur les plastiques à usage unique ne devrait pas être reportée
L’Europe ne devrait en effet pas revenir sur sa décision malgré la demande, dans une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, de l’association European Plastics Converters (EuPC).

L’Europe ne devrait en effet pas revenir sur sa décision malgré la demande, dans une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, de l’association European Plastics Converters (EuPC), principale association professionnelle au niveau de l’UE, représentant les entreprises européennes de transformation des plastiques. Celle-ci y demandait en effet un report d’au moins un an de la mise en œuvre de la directive Single Use Plastics en raison de la crise du Covid-19. European Plastics Converters demandait également la levée des interdictions portant sur certains plastiques à usage unique.

«Depuis le début, la directive 2019/904 sur les plastiques à usage unique s’est révélée être une législation difficile à suivre et à mettre en œuvre tant au niveau commercial qu’au niveau national par les États membres» explique l’association pour qui «La directive entrave également le marché unique et la libre circulation des emballages et des marchandises entre les pays européens». Selon l’association, la Commission européenne n’a pas pris en compte les conséquences hygiéniques de l’interdiction ou de la réduction des plastiques à usage unique.

«Pour réduire les déchets, une réglementation anti-déchets sera nécessaire pour impacter à la fois les consommateurs et forcer l’industrie à penser la circularité et à continuer dans cette direction. Le dénigrement des plastiques suivi par de nombreux politiciens est maintenant contre-productif et il est temps de travailler ensemble pour reconstruire l’économie et protéger la santé des consommateurs tout en stimulant la circularité de l’industrie des plastiques», estime l’association.

Les délais dans le droit de l’UE doivent être respectés

Pour l’EuPC, le report de la mise en œuvre aurait pu donner à tous les États membres de l’UE plus de temps pour se concentrer sur des mesures plus urgentes dans la lutte contre le COVID-19 en distribuant également du SUP dans les situations d’urgence».

La Commission a donc opposé au courrier de l’EuPC une fin de non-recevoir. «Les délais dans le droit de l’UE doivent être respectés», répond Vivian Loonela, porte-parole de la Commission européenne pour les questions environnementales. «Dans les circonstances actuelles où de nombreuses activités économiques essentielles, y compris la gestion des déchets, sont sous pression, il est encore plus important de poursuivre les efforts globaux de réduction des déchets», estime-t-elle. 


ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend