Aller directement au contenu

A la Sainte-Marguerite, forte pluie est maudite.

Même si la sainte Marguerite ne tombe que dans une semaine, c’est pourtant ce que doivent se dire les industriels et distributeurs au vu des données recueillies par SymphonyIRI concernant la consommation des ménages pour les produits d'été sur les derniers mois !

Même si la sainte Marguerite ne tombe que dans une semaine, c’est pourtant ce que doivent se dire les industriels et distributeurs au vu des données recueillies par SymphonyIRI concernant la consommation des ménages pour les produits d’été sur les derniers mois !

Avec un printemps exceptionnellement ensoleillé et chaud, la consommation des glaces, eaux, bières et cidres avait explosé et laissé entrevoir une année 2011 faste pouvant rattraper le morne été 2010. 

Hélas, le mois de juin pluvieux et les températures en dessous des normales conjugué aux hausses de prix proches de 2% dans les rayons, a refroidi les consommateurs et leurs dépenses. On constate ainsi un recul des ventes pour les eaux (3.8%), les glaces (3.8%), les bières et les cidres (3.6%). Les français se sont tournés vers les soupes (+6.8%), les quiches et produits surgelés salés (+ 7%) ainsi que les plats cuisinés (+5%).

Après s’être rattrapés d’une année 2010, marquée par la crise, durant le printemps 2011 beau, ensoleillé et où les augmentations n’étaient pas encore perceptibles, les français ont été freinés dans leur élan de consommateurs en ce début d’été. Jacques Dupré, directeur des études produits de grande consommation chez IRI France estime ainsi que l’augmentation des prix pourrait rendre cette année 2011 aussi terne que l’année précédente : « Si l’inflation atteignait prochainement les 2,5%, nous pourrions avoir une simple stabilité de la consommation volume proche de zéro en hypers et supermarchés sur la fin de l’année».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend