Aller directement au contenu

Les accords commerciaux stimuleraient le secteur agroalimentaire de l’UE

Selon une nouvelle étude, les accords commerciaux peuvent contribuer à l’accroissement des ventes et favoriser l’emploi dans le secteur agroalimentaire de l’UE. C’est ce qu’il ressort de cette nouvelle étude indépendante réalisée pour le compte de la Commission européenne. Les accords commerciaux conclus avec trois pays, le Mexique, la Corée du Sud et la Suisse, ont ainsi été examinés …

Les accords commerciaux stimuleraient le secteur agroalimentaire de l’UE
Ces accords auraient permis à eux seuls d’accroître les exportations agroalimentaires de l’UE de plus de 1 milliard d’euros et d’augmenter de 600 millions d’euros la valeur ajoutée dans le secteur agroalimentaire.

Selon une nouvelle étude, les accords commerciaux peuvent contribuer à l’accroissement des ventes et favoriser l’emploi dans le secteur agroalimentaire de l’UE. C’est ce qu’il ressort de cette nouvelle étude indépendante réalisée pour le compte de la Commission européenne.
Les accords commerciaux conclus avec trois pays, le Mexique, la Corée du Sud et la Suisse, ont ainsi été examinés en détail. Selon Phil Hogan, commissaire pour l’agriculture et le développement rural : «Ces trois accords ont permis à eux seuls d’accroître les exportations agroalimentaires de l’UE de plus de 1 milliard d’euros et d’augmenter de 600 millions d’euros la valeur ajoutée dans le secteur agroalimentaire. Tout aussi important: cette hausse des exportations a favorisé la création de milliers d’emplois au total dans l’ensemble de l’UE, dont la plupart dans le secteur agroalimentaire, notamment dans le secteur primaire de l’agriculture.
Ces chiffres sont clairement la preuve que des accords commerciaux ambitieux et équilibrés fonctionnent bien pour le secteur européen de l’alimentation et de l’agriculture.»
L’étude montre que les accords ont contribué à l’augmentation des échanges dans les deux sens: les exportations de l’UE et les importations de produits en provenance de ces trois pays ont en effet augmenté, permettant aux consommateurs et aux entreprises de l’UE de bénéficier d’un meilleur accès aux produits agroalimentaires.

La poursuite de la suppression des droits de douane

En conclusion, l’accord conclu entre l’UE et le Mexique a gonflé de 105 millions d’euros les exportations agroalimentaires de l’UE en 2013, soit trois ans après que les deux parties ont supprimé tous les obstacles commerciaux conformément à leurs engagements pris au titre de l’accord. La majorité de ces exportations concernaient des denrées alimentaires transformées et des boissons. Des importations supplémentaires d’une valeur de 316 millions d’EUR effectuées au cours de la même année ont porté essentiellement sur des produits de base. L’étude met également en évidence le potentiel que représente pour le secteur agricole de l’UE la poursuite de la suppression des droits de douane et des obstacles existants.
L’accord de libre-échange (ALE) UE-Corée du Sud, dont la mise en œuvre intégrale n’est cependant pas encore terminée, a permis d’augmenter les exportations agroalimentaires de l’UE, constituées pour l’essentiel de produits de base et de matières premières, de 439 millions d’euros en 2015 (dernière année pour laquelle on dispose de données).
Les importations supplémentaires d’une valeur de 116 millions d’EUR effectuées au cours de la même année concernaient principalement des denrées alimentaires transformées et des boissons. 
Les accords commerciaux UE-Suisse relatifs aux produits agricoles et aux produits agricoles transformés ont permis conjointement d’augmenter de 532 millions d’euros les exportations agroalimentaires de l’UE en 2010, trois ans après leur mise en œuvre intégrale.
La majorité de ces exportations étaient constituées de denrées alimentaires transformées et de boissons. Les importations supplémentaires d’une valeur de 1,17 million d’euros ont pris la forme pour l’essentiel de produits de base.
L’étude montre également que des accords ambitieux, conclus plus récemment, comme l’accord commercial UE-Corée, entré en vigueur en 2011, ont une incidence positive plus marquée que les accords plus anciens et moins complets tels que l’accord UE-Mexique de 2000.

Les exportations agroalimentaires de l’UE battent des records en 2016

Grâce aux trois accords commerciaux, l’année 2016 a également été marquée par des exportations agroalimentaires de l’UE sans précédent, ses exportations totales atteignant une valeur de 130,7 milliards d’euros, soit 1,7 milliard d’euros de plus qu’en 2015.
Les hausses les plus fortes des exportations annuelles ont été enregistrées pour les États-Unis (+ 1,26 milliard d’euros) et la Chine (+ 1,06 milliard d’euros). Parallèlement, la valeur des importations agroalimentaires de l’UE a diminué de 1,5 % pour atteindre 112 milliards d’euros.
En 2016, le secteur agroalimentaire représentait 7,5 % des exportations totales de marchandises de l’UE; du côté des importations, 6,6 % de l’ensemble d’entre elles sont constituées par des produits agroalimentaires. Avec un excédent de 18,8 milliards d’euros, le secteur agroalimentaire contribue pour près de moitié à l’excédent commercial global de l’Union européenne, qui s’établissait à 39,3 milliards d’euros en 2016.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse

Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend