Aller directement au contenu

Au 1er semestre 2019, Fleury Michon enregistre une perte de 8,8 millions d’euros

Au 1er semestre 2019, le Groupe Fleury Michon  a enregistré un chiffre d’affaires de 348,8 M€, en retrait de 2,7% par rapport à l’année précédente sur son périmètre consolidé, n’intégrant pas les joint-ventures PFI en Italie et Platos Tradicionales en Espagne.
 Le résultat opérationnel courant du 1er semestre 2019 est de -5,3 M€ et le résultat opérationnel de -5,7 …

Au 1er semestre 2019, Fleury Michon enregistre une perte de 8,8 millions d’euros
Pour le PDG du groupe, «Les résultats du 1er semestre 2019 sont décevants principalement en raison d’une forte hausse des cours de viande porcine, répercussion du rétrécissement de l’offre mondiale consécutive à l’épidémie de peste porcine ».

Au 1er semestre 2019, le Groupe Fleury Michon  a enregistré un chiffre d’affaires de 348,8 M€, en retrait de 2,7% par rapport à l’année précédente sur son périmètre consolidé, n’intégrant pas les joint-ventures PFI en Italie et Platos Tradicionales en Espagne.
 Le résultat opérationnel courant du 1er semestre 2019 est de -5,3 M€ et le résultat opérationnel de -5,7 M€ pour une marge opérationnelle de -1,6 %. Le résultat net du semestre est de -8,8 M€ soit une marge nette de -2,5%.
«Les résultats du 1er semestre 2019 sont décevants principalement en raison d’une forte hausse des cours de viande porcine, répercussion du rétrécissement de l’offre mondiale consécutive à l’épidémie de peste porcine. A cet effet cours, s’ajoute l’impact d’une activité ralentie dans un contexte de consommation atone sur le marché de la Charcuterie», explique Régis Lebrun, Directeur Général de Fleury Michon.
Le Résultat opérationnel s’établit à -5,7 M€ au 1er semestre 2019 contre 10,0 M€ pour la même période 2018. Ce recul est essentiellement lié au Pôle GMS, alors que le Pôle International améliore sa rentabilité, portée par le redressement de Fleury Michon Amérique (ex DDFC).
La dégradation du Pôle GMS s’explique par le recul d’activité ainsi que par une forte hausse des coûts d’approvisionnement, principalement sur la viande de porc.
Le cours est en très forte augmentation en raison de la réduction du cheptel porcin mondial consécutive à l’épidémie de peste porcine. En raison des temps de concertation avec la Distribution, la répercussion de cette hausse dans les tarifs produira ses effets essentiellement sur le 2nd semestre 2019.

Un 2nd semestre qui s’annonce également complexe

Malgré une bonne performance commerciale des deux entités (PFI en Italie, Platos Tradicionales en Espagne), la quote-part des sociétés mises en équivalence atteint -4,8 M€ au 1er semestre 2019. En effet en Espagne le niveau de croissance soutenu n’est pas encore optimisé du point de vue de la production industrielle, ce qui génère à date des coûts additionnels et une baisse de la rentabilité.
En Italie, le résultat est impacté par un niveau de coûts fixes plus élevé d’un nouveau site industriel ainsi que par un mix de vente des produits moins favorable sur ce 1er semestre 2019.
Dans ce contexte, le résultat net consolidé ressort à -8,8 M€ pour une marge nette de -2,5 % contre 1,8 % au 1er semestre 2018.
La structure financière de l’entreprise reste cependant saine estime le groupe. Impactés par les résultats, les capitaux propres du Groupe au 30 juin 2019 s’élèvent à 222,2 M€, en recul de 2,6 % par rapport à fin juin 2018 (228,0 M€). La dette financière nette est de 140,0 M€ contre 90,9 M€ fin juin 2018, impactée entre autres par le remboursement des emprunts sans nouveaux emprunts mis en place à date, la prise de participation effectuée ce 1er semestre dans Frais Emincés ainsi que par le passage à la norme IFRS 16 et le retraitement des données consécutif (à hauteur d’environ 10 M€). Le gearing du Groupe est de 63,0 % contre 39,9% au 30 juin 2018.
Après un 1er semestre difficile, et dans un contexte du marché du porc très imprévisible et à des niveaux de prix actuels anormalement élevés, le Groupe s’attend à un 2nd semestre en amélioration par rapport au 1er sans compenser cependant les pertes en Résultat opérationnel et Résultat net du 1er semestre.
Pour 2020, l’ensemble des Pôles d’activités (GMS Libre-Service France, Ventes avec Services, International) et les joint-ventures sont prévus en amélioration, tant en termes d’activité que de résultats.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend