Aller directement au contenu

Bientôt de la gélatine humaine dans nos assiettes ?

Une publication scientifique, dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, de chercheurs chinois de l’University of Chemical Technologie de Beijing nous explique qu'ils ont découvert une nouvelle méthode pour produire de la gélatine qui n’est pas d’origine animale.

Une publication scientifique, dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, de chercheurs chinois de l’University of Chemical Technologie de Beijing nous explique qu’ils ont découvert une nouvelle méthode pour produire de la gélatine qui n’est pas d’origine animale.

La gélatine est un additif fréquemment utilisé dans l’industrie agroalimentaire et que l’on produit souvent à base de peau ou d’os de bovins ou de porcins. Toutefois un récent rapport américain met en lumière les doutes de plus en plus grands du consommateur quant à l’utilisation de gélatine d’origine animale. Devant l’augmentation spectaculaire du marché de la gélatine portée par les pays émergents et par de nouvelles utilisations telles que les cosmétiques, l’institut ayant réalisé l’enquête analyse : « les industriels ont déjà commencés à chercher des substituts aux ingrédients d’origine animale. Bien que ces substituts proposent certaines qualités propres à la gélatine, aucun ne possède toutes ses fonctions à savoir des capacités gélifiantes, liantes, de finesse, stabilisantes, émulsifiantes ainsi que la propriété de former des films.

Les scientifiques chinois ont ainsi modifié génétiquement des levures pour leur faire produire rapidement et facilement de la gélatine… humaine ! Ils ont pour cela inséré des gènes humains dans une levure Pichia Pastoris et la gélatine produite est une copie de celle produite par le corps humain. Les chercheurs n’y voient que des avantages ! En premier lieu la méthode de production qui est beaucoup moins contraignante : « la methode habituelle pour produire de la gélatine implique l’extraction de collagène des tissus animaux et sa conversation en gélatine par la suite. Conversion qui est réalisée par isolement acide, basique ou par d’autres méthodes d’exctraction ». A cela s’ajoute un argument santé non négligeable, en effet les gélatines animales peuvent transmettre des maladies animales telles que l’ESB par exemple, ce qui n’est pas le cas de la gélatine produite par les levures puisqu’elle est identique à celle produite par notre corps. Enfin dernier point et pas des moindres pour les industriels, la gélatine produite est extrêmement stable contrairement à celle d’origine animale, dont les propriétés peuvent être très variables.

Reste à savoir si les consommateurs sont prêts à échanger de la gélatine animale contre de la gélatine humaine… Mais ce n’est pas aux scientifiques d’en décider.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend