Aller directement au contenu

Bilan annuel 2011 du Marché du Porc Breton (MPB).

La fin de l’année 2011 a été l’occasion pour le Marché du Porc Breton (MPB) de procéder à un bilan. Ainsi, ce dernier révèle que le prix de base de l'indice 56 TMP du MPB s’établit à 1,309€ pour 2011, soit +14,32%.

La fin de l’année 2011 a été l’occasion pour le Marché du Porc Breton (MPB) de procéder à un bilan. Ainsi, ce dernier révèle que le prix de base de l’indice 56 TMP du MPB s’établit à 1,309€ pour 2011, soit +14,32%. Cette hausse s’explique par une belle croissance de la demande des pays tiers dans un contexte de production européenne en légère augmentation.

Néanmoins, cette hausse n’a pas permis aux éleveurs de retrouver de la rentabilité. En effet, alors que le cours du porc a augmenté de 14,3%, le coût de revient a pour sa part flambé de 20% ! Selon les normes moyennes, il a manqué 6 centimes pour équilibrer.

Toutes les cotations de l’Union Européenne ont progressé en 2011 :

  • +16% pour l’Italie,
  • +10% pour l’Espagne
  • et +8% pour l’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark.

Les pays du sud de l’Europe présentent un meilleur bilan que ceux du nord, fortement impactés en début d’année par l’effondrement du cours allemand.

 

Au sein du MPB, près de 3,5 millions de porcs ont été commercialisés l’année dernière, soit une offre en légère diminution (-1,2%). 23% des porcs commercialisés au MPB provenaient de la région Bretagne et 17% du grand Ouest. Au total, 13 Organisations de Producteurs (OP) ont fourni le MPB, dont :

  • Aveltis avec 35% des volumes,
  • Porfimad 16%,
  • Syproporcs 16%
  • et Prestor 15%, qui sont les quatre plus gros apporteurs du marché (82% des présentations totales).

Les acheteurs, pour leur part, sont les principaux abattoirs du grand Ouest français :

  • Bernard Jean Floc’h est le leader avec 22% des volumes achetés,
  • devant Kermene 21%,
  • Bigard 20,5%,
  • GAD 16%,
  • Cooperl 12%,
  • Abera 6%
  • et A.I.M. 3%.

Les volumes commercialisés sont en repli de 1,2% dans un contexte d’activité en légère baisse (-0,6%) dans la zone Uniporc Ouest.

 

2011 aura connu un parcours très surprenant pour le prix du porc au regard des tendances des dernières années. Il faut remonter à 2000 pour retrouver un cours du porc de l’automne supérieur à celui de l’été. Il est vrai que l’été a été « plombé », entre autres facteurs, par la sortie de 143 000 tonnes de stockage privé engrangées en février, consécutivement au problème sanitaire allemand. L’évolution des cours d’une partie de l’année a été influencée par la situation allemande.

 

En l’absence de baisse significative de la production en 2011, l’explosion de la demande des pays tiers reste clairement responsable de la hausse des cours en production dans tous les pays de l’UE. Le même constat est vérifié aux Etats-Unis où les cours du porc progressent de 20% avec une production stable. Pour les exportateurs européens, les marchés les plus dynamiques sont la Russie, Hong Kong, la Chine, la Corée du Sud et le Japon. Les marchés en forte croissance en 2011 ont été Hong Kong, la Chine, la Corée du Sud, la Biélorussie et l’Angola.

 

Le marché à livraison différé se met doucement en place, avec quatre séances organisées les quatre mercredis de décembre. Le cours sport a varié de 15%, mais imaginer un prix pour une livraison différée est difficile au vu des incertitudes planant sur le marché.

 

Source : communiqué de presse du MPB.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse

Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend