Aller directement au contenu

Carrefour mise sur Guyenne & Gascogne au détriment d’Altis.

Selon une information exclusive de nos confrères de LSA, Carrefour a confirmé dans un communiqué deux opérations stratégiques :

Selon une information exclusive de nos confrères de LSA, Carrefour a confirmé dans un communiqué deux opérations stratégiques :

  • tout d’abord, le groupe cèdera bien ses parts dans Altis contre «  153 millions d’euros en numéraire »,
  • ensuite, il a décidé de lancer une OPA sur son principal franchisé français, Guyenne & Gascogne.

Pour cette seconde opération, la possibilité d’une OPE n’est pas non plus écartée par le groupe, qui a annoncé « son intention de déposer un projet d’offre publique d’achat à titre principal, assortie d’une offre publique d’échange à titre subsidiaire ». Carrefour a proposé 74,25€ par action de Guyenne & Gascogne pour son OPA (soit moins que le dernier cours qui était à 87,60€, mais les dirigeants de la société proposent le versement d’un acompte sur dividende de 7€), et 3,90 actions Carrefour contre une action Guyenne & Gascogne pour l’OPE. L’offre est plafonnée à un peu moins de cinq millions d’actions de Guyenne & Gascogne, soit 75% du capital du distributeur.

Selon le poids-lourd de la distribution, « des actionnaires, représentant environ 57% du capital de Guyenne & Gascogne, se sont engagés à apporter leurs actions à cette offre, dont environ 50% du capital à l’offre publique d’échange ». Parmi eux, la famille Beau et First Eagle Investment Management LLC se sont engagés à conserver sous conditions les actions Carrefour qu’ils obtiendront pendant un an.

Nous vous annoncions hier l’intention de Carrefour de lancer une OPA, c’est à présent chose faite. L’offre reste néanmoins soumise à l’approbation de l’autorité compétente en matière de concurrence et ne sera validée qu’à obtention d’un seuil de 56% du capital de Guyenne & Gascogne.

 

Quant à Altis, il était jusque-là détenu à 50/50 par Carrefour et Eroski. Carrefour a décidé d’exercer l’option de vente de sa participation, et selon LSA Eroski devrait à son tour se retirer de ce franchisé du sud-ouest de la France. L’espagnol a en effet choisi de miser sur le développement de son marché domestique, et serait entré en négociation avec Intermarché pour leur céder les 20 magasins concernés. 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend