Aller directement au contenu

Carrefour perd encore 20 magasins au profit d’Intermarché.

« L’Autorité de la concurrence vient d’autoriser ITM Entreprises, la société qui conduit et anime le Groupement des Mousquetaires, à acquérir auprès du groupe espagnol Eroski la société Sofides, qui exploite vingt points de vente à dominante alimentaire sous enseigne Carrefour, Carrefour Market

« L’Autorité de la concurrence vient d’autoriser ITM Entreprises, la société qui conduit et anime le Groupement des Mousquetaires, à acquérir auprès du groupe espagnol Eroski la société Sofides, qui exploite vingt points de vente à dominante alimentaire sous enseigne Carrefour, Carrefour Market, Champion ou ED dans le sud-ouest de la France ». Voilà ce que l’on peut lire dans un communiqué publié par l’Autorité de la concurrence française.

 

Elle autorise donc officiellement Intermarché à racheter Altis, l’ancienne filiale de Carrefour, et à prendre le contrôle de vingt grandes surfaces franchisées qui affichaient jusque-là le drapeau de Carrefour. C’est donc une perte sèche pour ce dernier, qui avait déjà perdu son franchisé Coop Atlantique au profit de Système U en début d’année. Il tente néanmoins de se rattraper en rachetant son principal franchisé, Guyenne et Gascogne, par le biais d’une OPA lancée fin mars.

 

Si Les Mousquetaires se frottent les mains en récupérant ainsi dans leur escarcelle les hypers d’Agen (47), Creysse (24), La Teste (33), Pamiers, Argèles (66) ou encore Moissac (82), qui ont à eux six réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires cumulé hors carburant de 273 millions d’euros, ils ont dû se résoudre à se séparer de cinq points de vente. En effet, « l’Autorité a en revanche constaté que dans les zones de chalandise de Céret (66), Mauléon (64), Vic-Fezensac (32), Creysse (24) et Fleurance (32), l’opération aurait conféré à Intermarché des parts de marché très importantes et réduisait trop fortement le nombre d’enseignes présentes ». De fait, l’Autorité y voit « des risques pour le niveau des prix des produits de grande consommation ». Ainsi, afin de « remédier à ces risques d’atteinte à la concurrence, Intermarché s’est engagé à céder cinq points de vente ». Un mal pour un bien pour le distributeur…

 

Source : agro-media.fr avec AFP.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend