Aller directement au contenu

De plus en plus de traces d’OMG dans les aliments non-OGM

De plus en plus de denrées alimentaires présentent des traces d'OGM. « Les traces de cultures génétiquement modifiées se mélangent accidentellement avec des cultures alimentaires ou fourragères non OGM durant les phases de production, de transformation, de conditionnement, de stockage et de transport », explique la FAO.

De plus en plus de denrées alimentaires présentent des traces d’OGM. « Les traces de cultures génétiquement modifiées se mélangent accidentellement avec des cultures alimentaires ou fourragères non OGM durant les phases de production, de transformation, de conditionnement, de stockage et de transport », explique la FAO. Déjà en 2011, Greenpeace et la fédération allemande de l’agriculture biologique Bioland dénonçaient cette contamination.
 
Les premiers résultats de l’enquête lancée par l’organisation mondiale dénombrent 198 incidents entre 2002 et 2012, dont 70 % au cours des quatre dernières années.
 

OGM : des traces plus nombreuses dans les produits importés

La FAO souligne également la difficulté d’effectuer des contrôles sur les marchandises importées, en raison du manque de réglementation entre les pays sur la notion de « faible quantité » d’OGM, rappelant que « les incidents concernant des cargaisons de grains, céréales et autres espèces cultivées ont entraîné des interruptions des échanges, et les pays importateurs ont détruit ou retourné les cargaisons à l’expéditeur ». 
 
ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend