Aller directement au contenu

Des accords transitoires en réponse aux accords commerciaux annuels.

Entre l'Association nationale des industries alimentaires (Ania) qui estime à 60-65 % la proportion de contrats annuels effectivement signés entre distributeurs et fournisseurs à la date-butoir du 1er mars et la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) qui assure que « tous les contrats ont été signés

Entre l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) qui estime à 60-65 % la proportion de contrats annuels effectivement signés entre distributeurs et fournisseurs à la date-butoir du 1er mars et la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) qui assure que « tous les contrats ont été signés dans les délais prévus par la loi, avant le 1er mars », il y a de quoi devenir chèvre ! Le Président de l’Ania, Jean-René Buisson, explique cet écart : « Cette année, on constate une grande pratique de signature provisoire d’accords transitoires. […] Pour se mettre en conformité avec la loi [les distributeurs], signent un accord transitoire de maintien des tarifs de l’année précédente, qui leur permet de repousser la signature d’un nouvel accord ».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend