Aller directement au contenu

Doux respire un peu mais cherche un repreneur.

Sur les 30 à 40 millions nécessités par le groupe Doux pour poursuivre son activité, 19 millions ont déjà été trouvés. En effet, le tribunal de commerce de Quimper a donné hier son feu vert pour la cession de l’usine de petfood Staven à la société Saria, filiale de l’allemand Rethmann. 

Sur les 30 à 40 millions nécessités par le groupe Doux pour poursuivre son activité, 19 millions ont déjà été trouvés. En effet, le tribunal de commerce de Quimper a donné hier son feu vert pour la cession de l’usine de petfood Staven à la société Saria, filiale de l’allemand Rethmann.

 

Saria

 

Un autre acquéreur était en lice : Akiolis Group, qui n’a finalement pas raflé la mise car son offre était moindre que celle de Saria.

Doux se sépare ainsi d’un site employant 22 personnes dont l’activité était quelque peu éloignée du cœur de métier du volailler.

Pour Régis Valliot, administrateur judiciaire, cette décision permet « de donner un peu plus de visibilité et permettra de revenir à une activité proche de la normale. Il manque encore une somme équivalente à trouver rapidement pour remettre le groupe sur les rails ».

 

De leur côté, les administrateurs judiciaires en charge du dossier ont organisé un « dépôt d’offres » de reprise de l’entreprise jusqu’au 2 juillet. Fin juillet, le futur acquéreur du volailler devrait être dévoilé. Le concurrent de Doux, Duc, serait intéressé par l’entreprise.

 

En attendant, un comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire devrait se tenir vendredi matin au siège de la société. A l’ordre du jour : la situation de l’entreprise, la potentielle mise au chômage technique de certains salariés et l’adoption d’un calendrier d’information aux organisations syndicales.

 

Source : agro-media.fr avec AFP, La Tribune, LSA (Guillaume Bregeras) et Les Echos (Stanislas Du Guerny).

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend