Aller directement au contenu

Fruits et légumes : “c’est bon pour le moral” selon une étude anglaise

Les fruits et légumes sont pour la santé... mentale. Nutritifs et anti-dépresseurs : l'idéal ?

Fruits et légumes : “c’est bon pour le moral” selon une étude anglaise
Adieux Xanax et Lexomil : « mangez des pommes ! ». Selon une étude universitaire anglaise, les fruits et légumes sont bons pour la santé mentale de ceux qui en consomment.

C’est une nouvelle qui va faire du bien au moral des légumiers en colère : manger les sacro-saints 5 fruits et légumes par jour réduirait, non seulement les risque d’anévrisme, d’AVC et de diabète mais en plus ça un excellent moyen de lutter contre la dépression ! 65% des consommateurs de fruits et légumes témoignent d’une bonne santé psychologique. Un bon anti-dépresseur qui pourrait sauver les cultivateurs.

On nous le répète depuis assez longtemps : manger cinq fruits et légumes est bon pour la santé. Les études le prouvant se suivent et se ressemblent. Cette fois c’est une étude britannique qui démontre que manger des fruits et des légumes : c’est bon pour le moral.

Le bien-être grâce aux fruits et légumes

Les chiffres sont assez évocateurs. Les chercheurs de l’université de Warwick ont observé les comportements de près de 14 000 personnes de plus de 16 ans au Royaume-Uni. Et 33,5 % mangeait au moins cinq portions de fruits et légumes par jour. Tous témoignent d’une excellente santé mentale.

65% des consommateurs de fruits et légumes à hauteur de 260 grammes par jour, se sentent « bien » aussi. Sarah Stewart-Brown, qui a mené l’étude, rappelle que « la maladie mentale coûte cher à celui qui en souffre, mais aussi à la société », le gain serait donc énorme… si on mangeait plus de fruits et légumes. Pour les cultivateurs aussi.

Un bon business pour les cultivateurs

En crise, en colère, les cultivateurs pourraient aussi bénéficier de cette nouvelle. Après des baisses de prix successives, les professionnels espéraient bien se relancer mais hélas, ça n’a pas marché.

A Morlaix, les légumiers avaient été jusqu’à incendier un centre des impôts le 19 septembre. Unanimement condamnés par la classe politique, ces derniers ont promis de « continuer la lutte ». Finalement, si les Français s’en tenaient aux cinq fruits et légumes : leur activité pourrait peut-être décoller sans avoir besoin d’actions coup de poing. Et c’est bon pour la santé !

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend