Aller directement au contenu

«Halte à la destruction massive de l’alimentation!»

Richard Girardot, nouveau Président de l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA), annonce la couleur pour les trois années à venir. Afin de «lutter contre les attaques caricaturales et incessantes contre l’alimentation qui entrainent la destruction sans fin de la valeur», ce dernier propose un plan d’action offensif pour redonner aux entreprises alimentaires la place qui leur revient en France. …

«Halte à la destruction massive de l’alimentation!»
«Les Français ont un lien particulier avec l’alimentation. Mais, nous n’en pouvons plus de subir la défiance entretenue alors que nous sommes plébiscités dans le monde » rappelle Richard Girardot, nouveau président de l’ANIA.

Richard Girardot, nouveau Président de l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA), annonce la couleur pour les trois années à venir. Afin de «lutter contre les attaques caricaturales et incessantes contre l’alimentation qui entrainent la destruction sans fin de la valeur», ce dernier propose un plan d’action offensif pour redonner aux entreprises alimentaires la place qui leur revient en France.

«Réaffirmons notre mission et déployons nos engagements»

«Les Français ont un lien particulier avec l’alimentation. Mais, nous n’en pouvons plus de subir la défiance entretenue alors que nous sommes plébiscités dans le monde. Les responsables des 18 000 entreprises travaillent tous les jours pour proposer une alimentation saine, sûre et durable, c’est notre mission et nous l’assumons avec responsabilité», résume Richard Girardot.
L’ANIA entend ainsi lever les tabous : «Oui, les fabricants des entreprises alimentaires sont des «transformateurs». Ils transforment dans leurs sites de production, où ils cuisinent à grande échelle, et bien plus largement, en accompagnant les grandes évolutions de la société à travers les décennies (hausse de la démographie, urbanisation, temps de travail/loisirs, etc.)».

Plus de naturalité et transparence

Aujourd’hui, les consommateurs demandent plus de naturalité, d’origine, de durabilité, d’éthique… L’ANIA accompagnera donc ses adhérents dans l’optimisation de la qualité de leurs produits sans sacrifier le plaisir, tout en soutenant une pédagogie sur l’équilibre nutritionnel et sur la prévention, pour combattre la fracture alimentaire.
Afin de répondre aux attentes de transparence et de traçabilité des consommateurs, l’ANIA a décidé de passer à la vitesse supérieure avec un projet unique de super base de données rassemblant toutes les informations fiables et utiles sur les produits.
«L’industrie alimentaire française est la 1ère industrie du pays, championne à l’export, 1er employeur industriel, mais pour combien de temps ? Entre la hausse du coût des matières premières, la hausse du coût de production, et la baisse continue des prix des produits alimentaires, près de 7 milliards d’euros ont été détruits en 5 ans. Nos produits sont en déflation et pendant ce temps en Europe, les prix alimentaires ont progressé de 3% sur la zone euro. Résultat, notre industrie décroche.
Les marges des entreprises sont au plus bas : -7 points en 12 ans. Il y a un an, avec tous les acteurs de la filière, nous avons alerté et validé des solutions pour mettre fin à la loi du plus fort, au bénéfice de tous, de l’amont vers l’aval.
Aujourd’hui il faut malheureusement en passer par une loi, à adopter en urgence, et tous les abus devront être sanctionnés», insiste Richard Girardot. L’ANIA souligne par ailleurs qu’elle sera particulièrement vigilante au bon respect de la loi agriculture et alimentation et accompagnera ses entreprises adhérentes dans sa bonne application.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse

Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend