Aller directement au contenu

Huile de palme durable et déforestation : Mythe ou réalité ?

Depuis des années, la problématique de l’huile de palme est évitée, esquivée et étouffée. Heureusement, depuis quelques mois, les grandes entreprises elles-mêmes ont pris le taureau par les cornes. Il y a quelques jours, une réunion clé a eu lieu à Medan en Indonésie à ce sujet. 

Depuis des années, la problématique de l’huile de palme est évitée, esquivée et étouffée. Heureusement, depuis quelques mois, les grandes entreprises elles-mêmes ont pris le taureau par les cornes. Il y a quelques jours, une réunion clé a eu lieu à Medan en Indonésie à ce sujet.

 

Les entreprises souhaitent opter pour l’huile de palme durable

Pour résumer, l’huile de palme est l’une des principales causes de la déforestation dans de nombreuses zones à travers le globe. Pour en obtenir, il faut couper des zones entières, ce qui n’a évidemment rien de durable.

 

Dans un tel contexte, de plus en plus d’entreprises se convertissent à une version améliorée, les écologistes diraient « durables », Unilever en tête. L’Oréal, mais aussi Carrefour vont en ce sens en respectant notamment à la lettre les certifications demandées par les entités de « surveillance ». L’objectif, aussi ambitieux soit-il est d’atteindre 0 % de déforestation.

 

Lors de la conférence annuelle de la RSPO qui a eu lieu en Indonésie, tous les porte-paroles des grandes entreprises ont tenu un discours rassurant et engagé. Une sorte de joint-venture a même été créée entre les firmes et les ONG influentes comme WWF (acteur à l’origine de cette réunion) ou Green Peace, un réel pas en avant.

 

Il a été rappelé qu’il n’est pas uniquement nécessaire d’être membre du RSPO pour agir dans le bon sens, il faut aussi surveiller toute la chaine d’approvisionnement auprès de ses fournisseurs (Nestlé est précurseur en la matière). Plus facile à dire qu’à faire, mais les bonnes volontés semblent être réelles.

 

Huilet de palme : Une charte de bonnes pratiques

Des efforts sont encore à réaliser, entre la simple lettre de rappel à ses fournisseurs et de véritables voyages de contrôle, il y a un monde. La traçabilité est au cœur de cette thématique environnementale phare.

 

D’après nos confrères de RFI, pour rappel, le RSPO est encore basé sur le volontariat. De fait, les mauvais acteurs peuvent encore largement sévir en proposant de l’huile de palme ne respectant pas les règles fondamentales (environnementales et celles liées aux droits de l’homme) éditées par le RSPO.

 

De plus, les autorités indonésiennes sont encore très peu regardantes quant aux conditions dans lesquelles l’huile de palme est extraite. Les efforts sont donc encore à réaliser à tous les niveaux…

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend