Aller directement au contenu

Industrie agroalimentaire : Les fabricants de soda s’engagent à diminuer leurs taux de sucre de 5%

Les industriels de l'agroalimentaire et notamment les fabricants de sodas et autres boissons sucrées, viennent de conclure un accord avec l'Etat visant à réduire de 5% le taux de sucre dans leurs boissons.

Industrie agroalimentaire : Les fabricants de soda s’engagent à diminuer leurs taux de sucre de 5%
Un nouveau système de lecture optique conçu par Zetes et destiné aux chariots élévateurs de l’usine Coca-Cola de Dongen a permis de mettre en phase le processus de chargement avec les processus d’entrepôt récemment automatisés.

Les principaux fabricants de boissons « soft » s’engagent à réduire de 5 %, d’ici 2015, la teneur en sucre de leurs soda. C’est le fruit d’un accord qui a été signé, ce 9 octobre, au ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, en compagnie de Stéphane Le Foll.

C’est une bonne nouvelle pour les pourfendeurs de l’obésité. Le 9 octobre, les industriels de l’agroalimentaire producteurs de boissons sans alcool ont signé un accord dans lequel ils s’engagent à réduire de 5% la teneur en sucre de leurs sodas et boissons rafraîchissantes mais aussi à ne pas diffuser de publicités liées à ces boissons aux heures où les enfants sont le plus susceptibles d’être devant la télévision.

Les marques distributeurs ne sont pas concernées

C’est dans le cadre du Programme national pour l’alimentation (PNA), que les industriels de l’agroalimentaire ont signé cet accord. Coca, Pepsi, Orangina… les grandes marques, les plus consommées ont été en première ligne.

Rien de « forcé » du côté des marques distributeurs en revanche, tout aussi sucrées pourtant. Un pavé dans la mare du projet de lutte anti-obésité. Stéphane Le Foll, ne devrait pas tarder à être saisi sur cette question.

Projet de lutte contre l’obésité

Le combat mené contre le surpoids et les maladies qu’il entraîne ne date pas d’hier au gouvernement. Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll a applaudi la mesure : « L’engagement du secteur traduit sa volonté de participer à l’amélioration de l’offre alimentaire proposée aux consommateurs, sachant que les boissons rafraîchissantes contribuent à hauteur de 6% à 11% aux apports en sucres des Français ».


Dans cette lutte, le gouvernement et les associations entendent favoriser la consommation de produits moins sucrés et à la consommation de boissons sans sucres ajoutés. Une équation à laquelle sont invités à réfléchir les industriels de l’agroalimentaire.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend