Aller directement au contenu

La crise nous pousse à manger plus cher !

Tout le monde le sait, depuis 2007-2008, c’est la crise. Qui dit crise dit serrement de ceinture. Oui, mais paradoxalement les français achètent des aliments plus chers et/ou de meilleure qualité. Comment cela peut-il s’expliquer ? Le sociologue Jean-Pierre Corbeau, sociologue de l’alimentation, a décrypté cette tendance.

Tout le monde le sait, depuis 2007-2008, c’est la crise. Qui dit crise dit serrement de ceinture. Oui, mais paradoxalement les français achètent des aliments plus chers et/ou de meilleure qualité. Comment cela peut-il s’expliquer ? Le sociologue Jean-Pierre Corbeau, sociologue de l’alimentation, a décrypté cette tendance.

  • Les couches moyennes ou moyennes supérieures de la population, « pas forcément les plus concernées par la crise initialement », sont les premières à modifier leurs habitudes de consommation. On note depuis 2008 une véritable tendance pour le « fait maison », les cours de cuisine, les émissions télévisées traitant de ce thème, ainsi que pour les aliments sains, saisonniers, locaux et bio. Beaucoup de français appartenant à cette couche sociale ont cessé d’aller « systématiquement toutes les semaines dans un hyper » et ont privilégié leurs producteurs locaux. « Vive les circuits courts », comme l’explique M. Corbeau. Il ajoute également que ces consommateurs n’achètent « pas de fraises en décembre, ça c’est fini, alors que ces personnes avaient encore le pouvoir d’achat pour le faire ». Même tendance pour les desserts : « on achète plus de produits basiques avec le retour du dessert qu’on fait soi-même, à l’exception du festif comme la pâtisserie dominicale, mais on achète généralement moins de choses toutes faites ».
  • Finalement, les consommateurs ont besoin d’être rassurés : « plus un aliment est bon marché, plus il devient suspect si on n’arrive pas à l’identifier ». Tout signe distinctif permettant d’identifier un produit est bienvenu : lieu de production, producteur, marque, label… Comme le résume Jean-Pierre Corbeaux, les aliments non identifiables sont rejetés : « ça peut nous polluer, nous empoisonner : la logique de la santé l’emporte ». De fait, « on n’achète plus au moins cher. On achète moins mais on achète de meilleure qualité ».
  • Les tranches les plus modestes de la population sont également touchées par ce phénomène et, bien que faisant leurs courses dans des enseignes de hard-discount, achètent des marques, au moins pour les enfants. La crise nous empêchant de nous projeter dans l’avenir, elle nous incite à penser : « faisons des folies puisqu’on est dans le « no future » ».
  • Autre tendance, les restaurateurs observent des amis ou collègues qui se cotisent pour s’offrir un repas de fête. Le sociologue souligne que « c’est plus marginal mais c’est une dynamique qui est en train d’apparaître ».
  • De même, les jardins familiaux sont de plus en plus utilisés à des fins potagères, sur cette même tendance de fait maison, de goût, de cuisine et de santé.
ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend