Aller directement au contenu

La FNCL demande le maintien pour 2016 des engagements dans la filière laitière

La FNCL signe une tribune dans laquelle elle demande le respect - en 2016 - des engagements dans la filière laitière.

La FNCL demande le maintien pour 2016 des engagements dans la filière laitière
La FNCL signe une tribune dans laquelle elle demande le respect – en 2016 – des engagements dans la filière laitière.

« Le début de l’année 2016 s’annonce au moins aussi noir que 2015, avec des effets potentiellement dévastateurs pour la filière. Pour éviter le pire, la FNCL appelle donc tous les acteurs à adopter une attitude responsable et à reconduire les engagements pris cet été sur le 1er semestre 2016, en suivant ainsi les recommandations de M. le ministre et de M. le médiateur du 1er octobre. A plus long terme, l’indispensable travail sur la compétitivité de la filière française doit se poursuivre afin d’assurer une activité pérenne ainsi qu’un partage de la valeur pour les différents acteurs.

La filière laitière française est à bout de souffle et ne pourra passer le cap qu’avec un engagement fort du Gouvernement et des distributeurs. Aucun retournement de conjoncture n’a eu lieu et aucune amélioration n’est prévue pour le premier semestre : 

Des marchés toujours dégradés avec l’embargo russe qui perdure et la Chine qui ne revient pas sur la scène des importations de façon majeure ; 

Les stocks européens de poudre de lait écrémé et de fromages demeurent très élevés à fin septembre et ne diminuent pas malgré la baisse saisonnière de la collecte laitière ; 

Les réticences recensées dans le cadre des négociations commerciales en cours vont à l’encontre des déclarations du 1er octobre de M. le ministre et de M. le médiateur: selon les premiers retours des entreprises, les négociations s’ouvrent sur des demandes de baisse de tarifs de la part des distributeurs allant de 4 à 8% par rapport à l’année passée.

A court terme, le Gouvernement doit donc peser de tout son poids pour que :  les engagements de l’été soient maintenus en 2016. Ces derniers mois, seules les mesures du 24 juillet ont permis d’endiguer la baisse des prix de vente sortie usine des produits laitiers (- 2,3% en moyenne entre septembre 2014 et septembre 2015 – source ATLA), limitant ainsi grandement les effets de la crise. Même si les coopératives laitières ont, de leur côté, tout mis en œuvre pour répondre à l’impératif de revalorisation du prix du lait et rétrocéder intégralement les hausses de tarifs concédées par les distributeurs, la situation reste difficile voire critique pour un grand nombre d’éleveurs. 

Les mesures soient élargies à l’ensemble des produits laitiers – incluant les marques -, fromages et produits frais, et à l’ensemble des acteurs, la restauration collective et les harddiscounters. La FNCL le demande depuis plusieurs mois sans voir d’avancée significative. Avec le besoin impératif de répondre aux exigences du court terme, la FNCL appelle donc solennellement tous les acteurs de la filière française à reconduire les engagements sur le 1er semestre 2016. Pour les coopératives laitières, l’enjeu est de taille sur le marché intérieur puisque les produits grande consommation (PGC) représentent 65 % de leur chiffre d’affaires et 59 % de leurs volumes*.

*Source : Baromètre Economique de la Coopération laitière, chiffres 2013. »

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend