Aller directement au contenu

La sécurité alimentaire est menacée par le réchauffement climatique.

Un rapport de la FAO intitulé « Climate change, water and food security » ainsi qu’une étude rédigée dans le cadre du programme de recherche du CGIAR (Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale) baptisée « Mapping hotspots of climate change and food insecurity in the global tropics », publiés respectivement les 9 et 3 juin 2011, mettent en lumière les conséquences désastreuses …

Un rapport de la FAO intitulé « Climate change, water and food security » ainsi qu’une étude rédigée dans le cadre du programme de recherche du CGIAR (Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale) baptisée « Mapping hotspots of climate change and food insecurity in the global tropics », publiés respectivement les 9 et 3 juin 2011, mettent en lumière les conséquences désastreuses du réchauffement climatique sur la sécurité alimentaire mondiale. Certaines régions, déjà très démunies aujourd’hui, risquent de subir de plein fouet les conséquences du changement climatique et devront s’adapter à une saison agricole plus courte, plus chaude et plus sèche.

Des cartes ont été réalisées et permettent d’identifier les zones de grande vulnérabilité. Par exemple, l’Afrique de l’Ouest, l’Inde et la Chine, où 56 millions d’habitants sont en situation d’insécurité alimentaire car ils dépendent totalement de leur production agricole, devraient connaître vers 2050 des températures maximales supérieures à 30°C pendant la saison agricole. Or, les principales cultures vivrières de la région (haricot, maïs et riz) supportent mal ces températures élevées, et même avec des pluies optimales le rendement du maïs africain par exemple pourrait perdre 1% chaque jour passé au-dessus des 30°C.

Une adaptation rapide à ces nouvelles conditions est donc nécessaire, en adaptant par exemple le calendrier des semis, les zones de pâturage, voire en modifiant totalement les cultures. De plus, le rapport de la FAO prévient que « le changement climatique aura un impact majeur sur les disponibilités en eau pour l’agriculture et sur la productivité des cultures au cours des prochaines décennies ». Alors que les zones tempérées de l’hémisphère Nord devraient voir leur saison agricole rallonger, elle sera réduite presque partout ailleurs. Le défi à l’heure actuelle est donc d’adapter les systèmes de cultures mondiaux pour pouvoir faire face à ces nouvelles contraintes climatiques.

Le rapport de la FAO et l’étude réalisée par le CGIAR sont disponibles.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend