Aller directement au contenu

L’ADEPALE décrit une situation aussi inédite qu’inquiétante pour les PME et ETI de l’alimentaire

Explosion de l’ensemble des coûts de production, 1/3 des renégociations avec les distributeurs toujours en suspens, aléas climatiques, sècheresse, restrictions d’eau, influenza aviaire, crise énergétique inédite, conflit en Ukraine et tensions internationales… «De mémoire de dirigeants dans l’alimentaire, on n’a jamais connu une rentrée aussi difficile pour les entreprises ! », a déclaré Jérôme Foucault, président de l’ADEPALE (Association …

L’ADEPALE décrit une situation aussi inédite qu’inquiétante pour les PME et ETI de l’alimentaire
« Alors que les prix de l’énergie atteignent des sommets historiques, il est nécessaire que les industriels puissent les répercuter automatiquement, faute de quoi les PME ne pourront pas survivre. L’enquête interne de l’ADEPALE révèle que 1/3 des entreprises adhérentes verront leur couverture énergie prendre fin en décembre 2022 et devront subir des hausses pouvant atteindre jusqu’à + 700%. Une situation catastrophique qui risque d’entrainer des arrêts de lignes de production et des recours à l’activité partielle » prévient l’ADEPALE.

Explosion de l’ensemble des coûts de production, 1/3 des renégociations avec les distributeurs toujours en suspens, aléas climatiques, sècheresse, restrictions d’eau, influenza aviaire, crise énergétique inédite, conflit en Ukraine et tensions internationales… «De mémoire de dirigeants dans l’alimentaire, on n’a jamais connu une rentrée aussi difficile pour les entreprises ! », a déclaré Jérôme Foucault, président de l’ADEPALE (Association Des Entreprises De Produits Alimentaires Élaborés) qui résume l’état d’esprit et les très fortes inquiétudes exprimées dans le cadre d’une enquête menée fin août auprès des entreprises adhérentes.

L’ADEPALE salue en ce sens les propos du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire qui soulignait ces derniers jours devant la presse que «des pans entiers de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire sont menacés de disparition». Face à cette situation de crise inédite, les PME et ETI transformateurs en France appellent «tous les acteurs de la chaine alimentaire à travailler dans un esprit de responsabilité et de solidarité, de manière à éviter des défaillances d’entreprises agricoles et alimentaires».

Des renégociations 2022 toujours à la peine

L’enquête menée auprès des adhérents de l’ADEPALE révèle qu’environ 1/3 des demandes des hausses de tarifs indispensables formulées par les entreprises ne sont toujours pas totalement signées. « Ce refus de la distribution de prendre en compte la réalité de la crise actuelle met en très grand danger les PME et ETI alimentaires françaises confrontées depuis plusieurs mois à une hausse continue et sans précédent de leurs coûts de production (énergie, matières agricoles, emballages, transports…). Par ailleurs, le marché de la restauration (collective et commerciale) subit les mêmes tensions, et les entreprises alimentaires doivent pouvoir aussi y répercuter leurs prix. Fait aggravant : la pratique des pénalités logistiques abusives se poursuit malgré les tensions sur les approvisionnements » explique l’ADEPALE.  « Alors que les prix de l’énergie atteignent des sommets historiques, il est nécessaire que les industriels puissent les répercuter automatiquement, faute de quoi les PME ne pourront pas survivre. L’enquête interne de l’ADEPALE révèle que 1/3 des entreprises adhérentes verront leur couverture énergie prendre fin en décembre 2022 et devront subir des hausses pouvant atteindre jusqu’à + 700%. Une situation catastrophique qui risque d’entrainer des arrêts de lignes de production et des recours à l’activité partielle » prévient l’ADEPALE.

Selon l’ADEPALE, le pic inflationniste énergétique, attendu pour 2023, fait craindre le pire pour le déroulement des négociations commerciales à venir. La capacité d’investissement des entreprises en faveur de la modernisation de leur outil de production et de la transition écologique est en jeu et doit être maintenue. «Les PME et ETI membres de l’ADEPALE sont déjà très engagées dans la réduction de leur consommation d’énergie et d’eau depuis de nombreuses années. Désireuses de prendre leur part à l’effort de sobriété, elles poursuivent et renforcent ces engagements partout où il est possible de le faire, sans affecter la sécurité alimentaire. En contrepartie, les entreprises ont besoin de visibilité et d’anticipation pour faire face à d’éventuels rationnements et délestages».

Dans ce contexte, l’ADEPALE demande aux acteurs de la distribution de respecter les engagements dans le cadre de la charte signée en mars dernier; soutient la volonté du Gouvernement d’engager dès à présent un travail de concertation pour anticiper les négociations 2023 qui s’annoncent déjà particulièrement tendues ; propose aux Pouvoirs Publics la mise en place d’un dispositif permettant de répercuter automatiquement les hausses de l’énergie dans les tarifs des entreprises. Un dispositif simple et juste qui permettrait de fluidifier les négociations 2023 ; appelle à une concertation anticipée avec les entreprises concernées par les éventuels rationnements, pour laisser le temps à ces dernières d’adapter leurs plannings de production, de limiter les gaspillages et de prévenir les salariés.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend