Aller directement au contenu

L’ADEPALE demande la nomination d’un Haut-Commissaire en charge de l’agroalimentaire

“Les TPE/PME/ETI agroalimentaires françaises sont frappées de plein fouet par les hausses vertigineuses des coûts de production et les impacts collatéraux du conflit en Ukraine qui viennent s’ajouter aux défis structurels de création de valeur et d’investissements”, explique l’ADEPALE. L’Association des entreprises de produits alimentaires élaborés demande, dans une lettre ouverte au Président de la République, la mise en …

L’ADEPALE demande la nomination d’un Haut-Commissaire en charge de l’agroalimentaire
L’Association des entreprises de produits alimentaires élaborés demande, dans une lettre ouverte au Président de la République, la mise en place d’un plan sectoriel et la nomination d’un Haut-Commissaire à l’agroalimentaire, sous l’autorité du Premier ministre en charge de la planification écologique.

“Les TPE/PME/ETI agroalimentaires françaises sont frappées de plein fouet par les hausses vertigineuses des coûts de production et les impacts collatéraux du conflit en Ukraine qui viennent s’ajouter aux défis structurels de création de valeur et d’investissements”, explique l’ADEPALE. L’Association des entreprises de produits alimentaires élaborés demande, dans une lettre ouverte au Président de la République, la mise en place d’un plan sectoriel et la nomination d’un Haut-Commissaire à l’agroalimentaire, sous l’autorité du Premier ministre en charge de la planification écologique.

Pour Jérôme Foucault, Président de l’ADEPALE : «Seule cette configuration au plus haut niveau de l’État, supervisant de manière concertée les compétences de planification, de financement et de contrôle pourra offrir des perspectives de court et de long terme à une industrie vitale pour la France, en phase avec le modèle alimentaire français porteur de valeurs auxquelles nous sommes tous attachés».

« Une industrie vitale pour la France »

Cette demande fait suite à la publication en février dernier du « Pacte ADEPALE pour l’avenir de l’alimentation et des territoires », tenant compte des spécificités des TPE/PME/ETI implantées sur l’ensemble du territoire national, structuré autour de quatre enjeux majeurs pour l’avenir de nos entreprises et la souveraineté alimentaire du pays : restaurer la compétitivité des entreprises, adapter les outils de productions aux transitions énergétiques, environnementales et digitales, attirer et développer les compétences dans les territoires et affirmer les valeurs du modèle alimentaire français.

“Vous avez le pouvoir de donner à l’agroalimentaire une place centrale dans le nouveau dispositif gouvernemental. Et j’ai la conviction que cette nomination d’un Haut-Commissaire en charge de l’agroalimentaire donnera l’impulsion nécessaire à une relance ambitieuse de notre secteur. Par son action ciblée dans le cadre des récents plans de relance et d’investissement, il permettra la transformation de notre tissu industriel agroalimentaire en lien avec l’amont agricole, et enverra un signe tangible à tous nos compatriotes de la prise en compte de leurs préoccupations en termes de sécurité, de qualité, et d’accessibilité de leur alimentation. Seule cette configuration au plus haut niveau de l’État, supervisant de manière concertée ces compétences de planification, de financement et de contrôle pourra offrir des perspectives de court et de longs termes à une industrie vitale pour la France, en phase avec le modèle alimentaire français, porteur de valeurs auxquelles nous sommes tous attachés” écrit Jérôme Foucault dans sa lettre au Président.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend