Aller directement au contenu

Laissez-nous manger des repas sans viande !

C’est en substance ce qu’ont réclamé plusieurs associations qui ont manifesté mercredi pour demander l’abrogation d’un décret rendant obligatoire la présence de produits d’origine animale dans les repas servis dans les cantines scolaires. 

C’est en substance ce qu’ont réclamé plusieurs associations qui ont manifesté mercredi pour demander l’abrogation d’un décret rendant obligatoire la présence de produits d’origine animale dans les repas servis dans les cantines scolaires.

 

Les textes à l’origine de cette mobilisation visent à obliger les cantines à proposer des produits d’origine animale à chaque repas. Ainsi, chaque menu devra comporter au moins un « plat protidique » à base de protéines d’origine animale (viande, poisson, œuf ou fromage) et un produit laitier afin de couvrir les besoins en calcium. De même, la fréquence minimale à laquelle certaines viandes ou certains poissons devront faire partie du menu est imposée. Le décret est déjà en application dans les cantines servant plus de 80 couverts par jour et devrait entrer en vigueur dans les autres types d’établissements à la prochaine rentrée (au 1er septembre 2012).

 

Finalement, de nombreux consommateurs sont concernés par les repas avec/sans viande :

  • les associations protectrices des animaux qui plaident bien entendu contre les souffrances causées aux animaux ;
  • les végétariens qui souhaitent défendre leur mode de vie et leur choix de consommation ;
  • de la même façon que les végétaliens, doublement plus pénalisés par le décret ;
  • certaines religions, comme l’islam ou le judaïsme, qui sont également concernées. Ainsi, le Collectif contre l’islamophobie en France a relayé l’appel à manifester ;
  • enfin, certains élus écologistes sont également montés au créneau et ont dénoncé un texte « privilégiant l’élevage animal coûteux en terme d’empreinte écologique, au détriment d’une agriculture tout aussi riche en éléments nutritionnels, mais plus respectueuse de l’environnement », comme l’a écrit Jacques Boutault, le maire (EELV) du 2ème arrondissement de Paris, sur son blog.

Finalement, ce que réclament ces associations, c’est « le respect de la liberté de conscience, c’est-à-dire d’avoir le droit d’avoir des repas végétariens et végétaliens, que ce soit pour des raisons éthiques vis-à-vis des animaux ou religieuses », comme l’a expliqué à l’AFP Brigitte Gothière, la porte-parole de l’association de protection des animaux L214 et de l’Initiative citoyenne pour les droits des végétariens. Elle a également dénoncé « le lobby des filières bovine, des produits tripiers et des produits laitiers sur le ministère de l’Agriculture », ajoutant qu’ « il n’est pas normal que le gouvernement interdise aux mairies de proposer des menus végétariens, comme le font Strasbourg et Marseille ».

Les associations mobilisées contre le décret seraient en train de préparer un recours en annulation devant le Conseil d’Etat et la manifestation n’a pas été vaine : « le ministère nous a expliqué qu’il s’agit avant tout d’une question d’interprétation de ces textes. On nous a assuré de la rédaction prochaine d’une note de service pour faire remonter nos griefs. Nous espérons du concret. La DGAL a pris nos coordonnées ».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend