Aller directement au contenu

L’ANSES met en garde contre la consommation abusive d’édulcorants

La Stévia et l'aspartame ne sont pas si bons pour la santé prévient l'ANSES, qui rappelle que consommés abusivement, ils perdent tout effet sur le poids.

L’ANSES met en garde contre la consommation abusive d’édulcorants
En phase avec le développement du marché de l’édulcorant en Europe de l’Est, ADM a mis la main sur une usine de traitement au Maroc : Tate & Lyle et s’impose encore davantage dans ce secteur porteur.

S’il est un ingrédient de synthèse que tout le monde a déjà consommé, c’est bien l’édulcorant. De synthèse comme l’aspartame ou « naturel » comme l’extrait de Stévia, l’industrie agroalimentaire y recoure régulièrement dans ses préparations. Ces additifs sucrants ne sont pourtant pas sans conséquences sur la santé prévient l’ANSES et sans effet sur le poids…

« Sans sucre », « Light »… dans nos sodas, pourtant sucrés, « mais ce n’est pas grave, ça ne fait pas grossir, il paraît même que c’est bon pour la ligne ». Dans l’inconscient général, c’est du moins ce qu’on retient des sucres de synthèse ou dits « naturels ». Des édulcorants largement sollicités par l’industrie agroalimentaire et qui représentent une alternative au saccharose, tout en sucrant aussi bien, voire plus.

Quels effets sur le poids ?

Les régimes sans sucre, pour les diabétiques par exemple, font appel aux édulcorants  et de façon plus large, leur consommation explose. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) a étudié la question. On savait déjà les risques cancérigènes de l’aspartame, les risques – ironie du sort – de contracter un diabète de type 2 augmentés aussi… Mais le coup de massue pour les adeptes de la Stévia ou de l’aspartame dans un but « diététique » : consommés abusivement, les édulcorants n’ont aucun effet sur le poids.

Ouch… avec ça les industriels de l’agroalimentaire auront-ils plus de mal à nous vendre des régimes miracles à base de Stévia ? Pas sûr, parce que niveau goût, on ne peut pas reprocher aux édulcorants de ne pas faire le « job ».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend