Aller directement au contenu

Le Député Reynès « père de la taxe sodas » dénonce un chantage inacceptable.

Le Député Bernard Reynès (UMP, Bouches du Rhône), le « père de la taxe sodas », tient à réagir fermement à l'annonce par Coca-Cola de stopper son projet d'usine dans les Bouches du Rhône : « J'apprends la réaction de Coca-Cola qui suspend ses investissements pour « protester symboliquement » contre la taxe dont je suis l'auteur

Le Député Bernard Reynès (UMP, Bouches du Rhône), le « père de la taxe sodas », tient à réagir fermement à l’annonce par Coca-Cola de stopper son projet d’usine dans les Bouches du Rhône : « J’apprends la réaction de Coca-Cola qui suspend ses investissements pour « protester symboliquement » contre la taxe dont je suis l’auteur ; je suis bien conscient que mon rapport parlementaire proposant une TVA à 19,6% sur les boissons gazeuses ou à sucres ajoutéés a été un pavé dans la mare ! Pour autant, je trouve ce chantage inacceptable ! Au contraire, cela aurait l’occasion pour le groupe d’exprimer sa solidarité avec le monde agricole car, s’il bénéficie d’une TVA à 5,5% affectée aux produits alimentaires, et arguant du fait qu’on ait jamais vu une bouteille pousser sur un arbre, on peut très légitimement penser qu’il n’y a aucun rapport entre ces boissons gazeuses à sucres ajoutés ou édulcorés et la production agricole ».

Par ailleurs, hier, lorsque le président de la République a réuni l’ensemble des députés UMP, il a fait part de tout son soutien vis à vis du Député Bernard Reynès pour l’allégement des charges sur le travail permanent par un financement sur les boissons gazeuses. « Il est fondamental que cette baisse soit significative c’est à dire une baisse d’un euro sur le coût horaire comme nous l’avons obtenu pour le travail saisonnier ».
Par contre, Nicolas Sarkozy a incité le parlementaire des Bouches du Rhône à être très vigilant sur les problèmes d’euro-compatibilité. C’est dans ce sens que celui-ci a rencontré le Secrétaire Général des Affaires Européennes M. Briatta ce mercredi et qu’une délégation de parlementaires l’accompagnera le 20 septembre prochain à Bruxelles pour rencontrer à 11 heures M. Brouwer de la Direction Générale de l’Emploi puis à 15 heures M. Moegele de la Direction Générale de l’Agriculture afin de lever ce risque.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend