Aller directement au contenu

Le Président de la section « Métier du grain » chez Coop de France présente ses inquiétudes.

Hubert Grallet, président de la section métiers du grain de Coop de France, a eu l’occasion de revenir sur les grandes tendances de la filière grain lors du Congrés Coop de France du 15 novembre dernier. Au delà de la difficulté à gérer la volatilité des prix depuis 2006 et le durcissement de la réglementation pour le stockage des …

Hubert Grallet, président de la section métiers du grain de Coop de France, a eu l’occasion de revenir sur les grandes tendances de la filière grain lors du Congrés Coop de France du 15 novembre dernier. Au delà de la difficulté à gérer la volatilité des prix depuis 2006 et le durcissement de la réglementation pour le stockage des engrais, le président en a profité pour insister sur la diminution de la capacité de stockage et les dysfonctionnements du fret ferroviaire. Concernant le premier point, FranceAgriMer a évalué que les capacités de stockage en France ont diminué de 5% depuis 2000 tandis que sur cette même période la collecte a augmenté de 10%. Ce manque de 8 à 10 000 de tonnes de capacités de stockage, qui pourrait poser certains problèmes à moyen terme, s’explique par une progression de l’urbanisation et un durcissement de la règlementation en matière de sécurité des installations classées. En matière de fret, les résultats des différentes perturbations enregistrées sont inquiétants : de janvier à juin 2010, 56 transports en trains n’ont pas été assurés, ce qui a entrainé une annulation des ventes de 70 000 tonnes de matière, 196 trains ont  été remplacés par 10 000 camions sur les routes et 420 fret ont été reprogrammé ce qui a engendré des retards de livraison de plus de 550 000 tonnes de matières. Ces perturbations régulières génèrent un coût pour les coopératives qu’elles ont du mal à répercuter sur leurs produits. 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend