Aller directement au contenu

Le suédois Skanemejerier ouvre les bras à Lactalis.

Le géant français des produits laitiers peut se frotter les mains. Après sa récente acquisition de Parmalat au terme de longs mois de tractations, c’est aujourd’hui le suédois Skanemejerier que Lactalis s’apprête à engloutir.

Le géant français des produits laitiers peut se frotter les mains. Après sa récente acquisition de Parmalat au terme de longs mois de tractations, c’est aujourd’hui le suédois Skanemejerier que Lactalis s’apprête à engloutir. En effet, 35 des 42 membres du Conseil de la coopérative laitière ont voté en faveur de la poursuite des négociations avec le groupe français. Un porte-parole de Skanemejerier a déclaré à l’AFP : « le conseil a voté le changement des règlements de la coopérative […]. C’est une forme de OK pour la poursuite des négociations ». Il a ajouté que les négociations en cours pourraient aboutir « fin février si tout va bien ». Selon Les Echos, le montant de la transaction devrait s’élever à 113 millions d’euros.

 

Nous vous présentions en décembre dernier le double avantage que représente cette acquisition pour Lactalis : s’installer sur un nouveau marché prometteur et ouvrir le champ de ses approvisionnements. Néanmoins, le groupe va se heurter à la puissante coopérative suédo-danoise Arla Foods, qui livre 95% du lait au Danemark et 65% en Suède. Arla Foods est du même gabarit que Lactalis en termes de volumes collectés (5 millions de litres). C’est donc un « choc des titans » qui s’annonce.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend