Aller directement au contenu

L’achat de terres agricoles à l’étranger : « une nouvelle forme de colonisation ».

Depuis plusieurs années, l’achat de terres agricoles à l’étranger est à la mode. Les chinois, les indiens, les coréens du sud et les pays du Golfe sont les premiers acquéreurs de terre, étant donné qu’elles leur permettent de répondre à leurs besoins croissants de denrées alimentaires.

Depuis plusieurs années, l’achat de terres agricoles à l’étranger est à la mode. Les chinois, les indiens, les coréens du sud et les pays du Golfe sont les premiers acquéreurs de terre, étant donné qu’elles leur permettent de répondre à leurs besoins croissants de denrées alimentaires. Si les pays occidentaux se lancent aussi dans l’achat de terres à l’étranger, il s’agit essentiellement pour eux d’opportunités pour produire des biocarburants.

 

Selon le Land Matrix Project, qui surveille les acquisitions importantes de terres étrangères, 203 millions d’hectares ont été achetés par des étrangers entre 2000 et 2010. Soit huit fois la taille de la Grande-Bretagne !

L’Afrique est le premier continent concerné par la vente de terres, avec deux tiers des ventes totales (66%). L’Ethiopie, le Libéria, le Mozambique et le Soudan sont particulièrement prisés par les acheteurs. L’Asie a compté pour 14% des transferts de terre. La plupart des ventes ont eu lieu en 2008-2009, suite à la crise alimentaire mondiale.

Depuis, les ventes se sont un peu ralenties, mais elles pourraient augmenter à nouveau à l’avenir, avec la hausse de la population, les besoins accrus en denrées alimentaires et la flambée des prix des carburants fossiles.

 

Pour Paul Mathieu, expert auprès de la FAO, l’achat de terres agricoles est « une bombe qui peut exploser si on ne s’en occupe pas ». En effet, si ces transactions peuvent ponctuellement apporter des bénéfices aux populations locales via le transfert de nouvelles technologies, la formation et les capitaux, elles se révèlent la plupart du temps destructrices pour l’environnement (comme dans le cas de l’huile de palme) et souvent entachées de corruption. En effet, la Banque mondiale a révélé en 2010 que sur 14 pays ayant vendu des terres à des étrangers, seuls 21% des terres étaient effectivement exploitées.

L’expert suédois Anders Jaegerskog du Stockholm International Water Institute craint pour sa part que les pays développés ne fassent qu’exporter « leur empreinte eau » pour produire des céréales et aliments à bas prix, au détriment des pays en voie de développement.

Pour la ministre de l’Agriculture de l’Afrique du Sud, Tina Joemat-Pettersson, cette pratique « n’est qu’une nouvelle forme de colonisation ». Par exemple, le sud du Soudan a vu 40% de ses terres vendues à des étrangers.

Jeffrey Hatcher, de la coalition d’ONG américaines Rights and Resources Initiatives, estime quant à lui que « les acquisitions controversées de terres ont largement contribué à l’éclatement des guerres civiles au Soudan, Libéria et Sierra Leone et il y a toutes les raisons de s’inquiéter parce que les conditions sont mûres pour de nouveaux conflits dans de nombreuses autres régions ».

 

Source : agro-media.fr avec AFP.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend