Aller directement au contenu

L’EFSA, des résultats qui déçoivent certains.

Le troisième lot d’avis scientifiques émis par l’EFSA concernant les  demandes d’allégations de santé génériques en a fait réagir plus d’un. Syndifrais, le syndicat interprofessionnel des fabricants de produits laitiers frais se réjouit de l’avis positif émis pour les ferments vivants du yaourt dans l’amélioration de la digestion du lactose.

Le troisième lot d’avis scientifiques émis par l’EFSA concernant les  demandes d’allégations de santé génériques en a fait réagir plus d’un. Syndifrais, le syndicat interprofessionnel des fabricants de produits laitiers frais se réjouit de l’avis positif émis pour les ferments vivants du yaourt dans l’amélioration de la digestion du lactose. L’avis rappelle l’importance du caractère vivant des ferments du yaourt (garantit en France par le décret de 1988). Pour être allégué, ce produit doit contenir au moins 108 UFC de ferments par portion Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus et Streptococcus thermophilus. Les chocolatiers sont quant à eux déçus des deux avis sur leur produit, l’EFSA ayant émis un avis négatif sur l’intérêt des polyphénols du cacao dans la protection des lipides contre les dommages oxydatifs et sur le maintien d’une pression sanguine normale. Concomitamment, le Réseau Environnement Santé dénonce l’immobilisme de l’EFSA sur la question du bisphénol A (BPA). En effet, 84 études sur 88 montrent un effet négatif de ce dernier sur la santé, le suspectant d’être un perturbateur endocrinien. Le BPA se retrouve dans le polycarbonate, plastique employé notamment dans des contenants alimentaires (biberons, bouilloires, bonbonnes d’eau, etc.). Or l’EFSA a, une nouvelle fois, confirmé l’innocuité du BPA au mois de septembre.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend