Aller directement au contenu

L’Etat se veut protecteur des consommateurs.

Frédéric Lefebvre a présenté mercredi 1er juin 2011 en Conseil des ministres 25 mesures visant à « renforcer les droits, la protection et l'information du consommateur ». Ces actions touchent tous les secteurs : téléphonie mobile, immobilier, énergie, internet, alimentaire...

Frédéric Lefebvre a présenté mercredi 1er juin 2011 en Conseil des ministres 25 mesures visant à « renforcer les droits, la protection et l’information du consommateur ». Ces actions touchent tous les secteurs : téléphonie mobile, immobilier, énergie, internet, alimentaire… Le ministre a expliqué que « ce projet contient des mesures très concrètes en faveur des consommateurs puisqu’il est pour l’essentiel issu des 92 000 plaintes que recueille la DGCCRF tout au long de l’année ». Ainsi, entre autres mesures, la célèbre Appellation d’Origine Contrôlée (AOC), bien connue dans l’alimentation, devrait être étendue aux produits manufacturés liés à un terroir ; on peut citer par exemple le célèbre couteau de Laguiole.

De même, Frédéric Lefebvre s’attaque à la grande distribution, en mettant en place un encadrement des contrats d’enseigne afin d’améliorer la mobilité des magasins et ainsi jouer sur la concurrence. Actuellement les contrats trop longs ou se chevauchant empêche la mobilité des magasins indépendants. Le ministre a précisé que selon lui « le secteur est très concentré, les six principaux groupes détiennent 80 % du marché, ce n’est pas par le blocage des prix ou je ne sais quel système soviétique qu’il faut faire baisser les prix, c’est par une augmentation de la concurrence ». De plus certains enseignes usent également parfois de barrières à l’entrée jugées infranchissables. Ainsi, la mesure annoncée permettrait de limiter les contrats à dix ans dans le secteur alimentaire. Les chevauchements de contrats feront également l’objet d’arrêtés.

Frédéric Lefebvre a enfin annoncé que les pouvoirs de sanction de la DGCCRF seraient aussi renforcés. On notera cependant qu’aucune mesure n’a été annoncée pour enrayer l’inflation des prix dans les rayons alimentaires, ce que l’association UFC-Que Choisir déplore alors que « l’explosion des matières premières agricoles fait flamber les étiquettes ».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend