Aller directement au contenu

Les circuits courts s’ouvrent aux distributeurs automatiques.

Qu’est-ce qu’un circuit court ? Il s’agit d’un circuit commercial particulier qui compte au maximum un intermédiaire entre producteur et consommateur, et permet ainsi en supprimant de nombreux acteurs de la filière de rapprocher amont et aval. Les circuits courts présentent de nombreux avantages pour les producteurs et les consommateurs

Qu’est-ce qu’un circuit court ? Il s’agit d’un circuit commercial particulier qui compte au maximum un intermédiaire entre producteur et consommateur, et permet ainsi en supprimant de nombreux acteurs de la filière de rapprocher amont et aval. Les circuits courts présentent de nombreux avantages pour les producteurs et les consommateurs :

  • une meilleure valorisation des produits pour les exploitants,
  • une meilleure maîtrise de l’aval de la filière par ces derniers,
  • un prix de vente attractif pour les clients,
  • une communication rétablie entre amont et aval,
  • une confiance des consommateurs renforcée,
  • etc.

Isabelle et Laurent Cnudde ont bien compris l’intérêt des circuits courts, et ont choisi de ne passer que par ces nouveaux modes de commercialisation. Ils tiennent tous deux une exploitation maraîchère, la Ferme du Chassy, située à Esquennoy (60), spécialisée dans la production de fraises et fruits rouges mais comprenant également des salades, des courgettes, des concombres, des tomates, des aubergines, des pommes de terre… Ainsi que d’autres produits fournis par les voisins du couple. Les Cnudde commercialisaient déjà leurs productions par le biais d’un magasin en vente directe ouvert au public de mai à octobre et via une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), où ils fournissaient l’équivalent de vingt paniers de fruits et légumes par semaine.

Seulement, le couple a décidé de miser sur un nouveau système : le distributeur automatique de fruits et légumes. Laurent et Isabelle expliquent comment cette idée a germé dans leur esprit : « Nous avons découvert ce système lors d’une visite, l’hiver dernier, au Sival (ndlr : Salon des matériels et techniques viticoles, horticoles, arboricoles et légumiers), à Angers. Le concept nous a beaucoup plu car nous avions quelques problèmes avec les horaires d’ouverture du magasin : certains clients insistaient alors que nous étions fermés ». Pour calmer ces impatients, les Cnudde se sont tournés vers un distributeur de marque Roesler, commercialisé par la société Didier Filbing distribution et acheté quasiment 10 000€.

Comment ce dernier fonctionne-t-il ? Laurent et Isabelle doivent remplir quotidiennement (voire deux fois par jour) les 32 casiers du distributeur ; « chaque casier est programmé individuellement selon le type de produit et la quantité ». Le client peut ainsi choisir parmi :

  • deux ou trois barquettes de fraises de 500g,
  • un kilo de tomates,
  • des salades,
  • des pommes de terre,
  • des paniers « ratatouille » constitués de plusieurs légumes…

Une fois son choix effectué, ce dernier insère ses pièces ou son billet dans le distributeur, qui rend la monnaie, tape le numéro du casier qui l’intéresse, et se sert dans le casier sélectionné à présent ouvert. Malgré le temps consacré au remplissage du distributeur, Isabelle et Laurent ne regrettent pas leur choix d’investissement. « Nous sommes moins dérangés qu’avant et donc plus sereins lors des ventes au magasin. En outre, nous avons capté une nouvelle clientèle ». La Ferme du Chassy est donc plus que jamais dynamique, et va s’agrandir, créer des emplois et prolonger l’ouverture de son magasin en vente directe au reste de l’année. D’autres projets ? « Pourquoi ne pas mettre en place un distributeur automatique à Breteuil, la ville voisine », a répondu pensivement Laurent Cnudde.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend