Aller directement au contenu

Les fast-food pas au top de la qualité…

Les premiers résultats d’une enquête réalisée entre le 27 juin et le 1er juillet par les services des directions départementales chargées de la protection des populations (DDPP) ont été publiés aujourd’hui par le ministère de l’agriculture  et le ministère de l’industrie. 

Les premiers résultats d’une enquête réalisée entre le 27 juin et le 1er juillet par les services des directions départementales chargées de la protection des populations (DDPP) ont été publiés aujourd’hui par le ministère de l’agriculture  et le ministère de l’industrie. Ces contrôles visaient uniquement la restauration rapide et la vente à emporter. En une semaine ce sont près de 1 725 établissements dont 1 426 de restauration rapide et 299 de vente à emporter qui ont été contrôlés et les premiers résultats sont assez inquiétants, les autorités ont ainsi relevé près de 11% d’infractions !

Au total, les services de la DDPP ont comptabilisé 140 mises en demeure de faire procéder à des travaux, 43 procès verbaux, 40 saisies d’aliments non-conformes et surtout 9 fermetures d’établissement. Ainsi dans les Alpes Maritimes 387 kg de viande ont été détruits et l’établissement fermé, dans un autre établissement c’est 24 kg de denrées qui ont été saisis. Les principales causes de ces infractions sont une maitrise insuffisante des réglementations, notamment  en ce qui concerne la chaine du froid et les bonnes pratiques d’hygiène, et un manque de formation du personnel. Les infractions sont le plus souvent constatées dans des établissements indépendants hors enseignes.  Frédéric Lefebvre a déclaré : « Vu le nombre d’infractions relevées, on voit bien qu’il faut poursuivre notre action, et la filière améliorer les formations. C’est le sens dans lequel elle est déjà engagée ».

Ces contrôles ont été menés dans le cadre de l’Opération Alimentaire Vacances, pour assurer la sécurité des populations. Le ministre a expliqué : « Les consommateurs notamment tous ceux qui sont en vacances doivent pouvoir aller tranquillement dans les établissements en sachant qu’on mène tous les contrôles et qu’on n’hésite pas quand il y a nécessité à prendre des mesures drastiques » avant de demander « aux fédérations professionnelles et à tous les acteurs de la filière de se mobiliser à travers des formations à l’hygiène et à la sécurité sanitaire des aliments. »

Ces contrôles se poursuivront jusqu’au 31 août.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend