Aller directement au contenu

Les filières animales interpellent le gouvernement.

La filière bovine et la filière volaille française ont toutes deux interpellé le gouvernement sur deux questions préoccupantes. 

La filière bovine et la filière volaille française ont toutes deux interpellé le gouvernement sur deux questions préoccupantes.

 

Dans un premier temps, le président de l’interprofession Bétail & Viande, Interbev, a saisi les ministres du Commerce Extérieur et de l’Agriculture et le ministre délégué en charge de l’Agroalimentaire afin de leur demander le redémarrage d’un dispositif d’assurance-crédit destiné à soutenir l’exportation de viande bovine française, en particulier pour des destinations comme la Grèce. En effet, un tel dispositif de soutien s’avère indispensable pour permettre à la France, aujourd’hui premier fournisseur de viande bovine de la Grèce, de maintenir ses courants commerciaux à un haut niveau et particulièrement pour les carcasses de jeunes bovins finis.

Logo d'Interbev

De leur côté, la FNSEA et la Confédération Nationale de l’Agriculture (CNA) ont demandé vendredi l’ouverture de négociations sur les prix de la volaille dans une lettre ouverte aux distributeurs et aux industriels. Les syndicats ont estimé dans leur lettre qu’en raison du contexte de « variation excessive du prix de l’alimentation animale » et de hausse du coût de l’alimentation et de fait du prix des produits, les conditions étaient réunies pour activer un accord conclu le 3 mai 2011. Ce dernier prévoit l’ouverture de négociations sur les prix de la viande en cas de forte volatilité des matières premières. « Nous attendons que les négociations s’ouvrent et aboutissent dans les meilleurs délais », ont indiqué Xavier Beulin, président de la FNSEA et Michel Prugue, président de la CNA.

 

Source : agro-media.fr avec le communiqué d’Interbev et AFP.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend