Aller directement au contenu

Les nitrates sont bénéfiques pour la santé !

Jeudi 31 mars, plusieurs communications médicales portant sur les nitrates et leurs dérivés ont été présentées à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière lors d’un colloque organisé par l’association Adicare. Depuis les années 1960, les nitrates sont décriés et mis en cause dans la méthémoglobinémie du nourrisson (maladie bleue).

Jeudi 31 mars, plusieurs communications médicales portant sur les nitrates et leurs dérivés ont été présentées à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière lors d’un colloque organisé par l’association Adicare. Depuis les années 1960, les nitrates sont décriés et mis en cause dans la méthémoglobinémie du nourrisson (maladie bleue). Or, les médecins savent aujourd’hui que cette maladie est déclenchée en présence d’un fort taux bactérien, de l’ordre de 1 000 000 germes/ml d’eau. Par ailleurs, plusieurs études démontrent les effets bénéfiques des nitrates sur l’organisme :

  • Andrew Jones, de l’Université d’Exeter, en Grande-Bretagne, à mis en évidence l’impact d’un apport en nitrates alimentaires sur la performance musculaire, la résistance à la fatigue et la propension à consommer moins d’oxygène ;
  • Jean-Claude Dussaule, Professeur à l’hôpital Saint-Antoine de Paris, a mis en exergue le rôle protecteur de l’oxyde nitrique, dont la synthèse est favorisée par des apports en nitrates et nitrites, contre les maladies rénales chroniques, en s’appuyant sur différentes études ;
  • L’équipe du professeur Jon Lundberg du Karolinska Institute (Suède) a, suite à un travail sur des rongeurs, mis en évidence l’effet protecteur des nitrates contre l’hypertension et les dysfonctionnements rénaux.
  • Selon le professeur Nathan Bryan de l’Université d’Austin, au Texas, « il y a nombres d’études, sans controverse, qui montrent l’effet protecteur des nitrates et des nitrites vis-à-vis des risques cardio-vasculaires ». Ce dernier a notamment proposé un classement de 300 aliments selon leur indice en oxyde nitrique. On y retrouve, en tête, le jus de betterave rouge, les épinards et la chicorée.

Reste à transmettre le message à la population. Jean-Marie Bourre de l’Académie Nationale de Médecine précise : « La relation sociale est aujourd’hui plus émotionnelle que cartésienne. Un élu va tout de suite vous poser la question de l’acceptabilité sociale. Et en ce moment, elle est nulle pour les nitrates… »

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend