Aller directement au contenu

Les nouveaux contrats laitiers décriés

Le 1er avril 2011 sont entrées en vigueur la contractualisation et la gestion de la production à l’échelle des bassins laitiers. Ces contrats, qui sont l’un des points capitaux de la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche (LMA), sont supposés contribuer à assurer les revenus des producteurs laitiers. Cependant, les industriels sont aujourd’hui mis en accusation …

Le 1er avril 2011 sont entrées en vigueur la contractualisation et la gestion de la production à l’échelle des bassins laitiers. Ces contrats, qui sont l’un des points capitaux de la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche (LMA), sont supposés contribuer à assurer les revenus des producteurs laitiers. Cependant, les industriels sont aujourd’hui mis en accusation par les syndicats, qui demandent aux producteurs de ne pas signer les nouveaux contrats ; et par le ministre de l’agriculture, qui les qualifie d’ « inacceptables ». En effet, le caractère équitable de ces derniers est à revoir : la fixation du prix semble unilatérale, et certaines clauses « laminent les droits syndicaux des paysans » selon la Confédération Paysanne, comme la renonciation au droit de grève ou la remise en cause du droit d’association syndicale. D’autre part, ces contrats sont extrêmement longs : 10 pages pour Lactalis, jusqu’à 28 pour Danone. Les industriels devront sûrement revoir leurs copies.

D’autre part, deux arrêtés sont parus au journal officiel du 1er avril à propos de:

l’octroi d’une indemnité à l’abandon total ou partiel de la production laitière et à la mise en oeuvre d’un dispositif spécifique de transfert de quotas laitiers pour les campagnes 2010-2011 à 2013-2014,
– et la détermination des quotas pour la livraison des producteurs de lait pour les campagnes 2011-2012 à 2014-2015 (arrêté de campagne livraisons).

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend