Aller directement au contenu

Les professionnels de l’agroalimentaire réclament des actes aux pouvoirs publics

Face à une guerre des prix qui n'en finit plus, les producteurs et fournisseurs en appellent aux pouvoirs publics pour trancher.

Les professionnels de l’agroalimentaire réclament des actes aux pouvoirs publics
Les pouvoirs publics ont été interpellés par les professionnels de l’agroalimentaire qui attendent d’eux qu’ils arbitrent la guerre des prix.

La guerre des prix fait toujours rage entre les enseignes de la grande distribution et leurs fournisseurs. Les professionnels de l’agroalimentaire estiment désormais que ces tension mettent en danger la filière dans son ensemble et réclament des mesures concrètes aux pouvoirs public.
« Après les paroles, place aux actes ! », clament 30 organisations représentatives de la filière agroalimentaire qui espèrent être reçus par le premier ministre Manuel Valls pour exprimer leurs points de désaccord.

Des sanctions pour « seule arme dissuasive »

Pour faire cesser la guerre des prix, pour eux, plus qu’une solution : que le gouvernement prenne des sanctions contre les acteurs de l’agroalimentaire qui font pression sur les prix. Seule arme suffisamment dissuasive à leurs yeux. « La défiance entre nos entreprises et nos clients de la grande distribution est devenue contre-productive.  L’équilibre du rapport de force s’est effondré à un point tel que l’avenir de la filière alimentaire française, englobant la production agricole et toute notre industrie, la première du pays, est en réel danger », affirment les signataires de la tribune.

Les belligérants bientôt reçus par Manuel Valls ?

Ce n’est pas la première fois que la filière en appelle à Manuel Valls, en juin 2014, le Premier ministre était déjà appelé à arbitrer la partie. Cette fois, ils attendent que ce dernier prenne acte des ravages de la guerre des prix. Il lui demande d’y mettre un terme, de faire respecter le code du commerce et de « redoubler de vigilance face aux comportements abusifs des grandes enseignes de la distribution ». Il faut soutenir une démarche permettant « de construire les termes d’une négociation responsable ». Suffisant pour enterrer la hache de guerre ? Rien n’est moins sûr.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend