Aller directement au contenu

Les salariés de l’usine géante McCain tiennent bon.

Nous vous informions mardi que les salariés de l’usine McCain de Matougues (51) avaient entamé dimanche un mouvement de grève, paralysant ainsi la plus grande usine de frites de France et d’Eu

Nous vous informions mardi que les salariés de l’usine McCain de Matougues (51) avaient entamé dimanche un mouvement de grève, paralysant ainsi la plus grande usine de frites de France et d’Europe.

 

La grève est toujours en place, la direction et les syndicats campant tous deux sur leurs positions. Le taux de gréviste diffère selon les sources : 75% pour la direction contre 95% pour l’intersyndicale FO-CGT-CFTC. Cette dernière réclame une hausse des salaires uniforme de 10% dès janvier 2012, ce que Cyril Pierre, le directeur des ressources humaines du site juge « irréaliste », selon les propos rapportés par Les Echos. « La direction de l’usine de Matougues a consenti aux délégués syndicaux [des] efforts […] qui vont bien au-delà de la convention collective, elle s’y tiendra », a affirmé la direction de McCain dans un communiqué. Ces efforts consistent en :

  • une hausse des salaires de 2,68% ;
  • une revalorisation de plusieurs primes consenties aux salariés ;
  • l’anticipation de la négociation annuelle pour 2013 dès le 1er octobre 2012 ;
  • l’ouverture de négociations sur les conditions de travail ;
  • et la mise en place d’un programme de formation « pour permettre aux salariés d’acquérir des compétences multiples et donc de valoriser leurs métiers et par là même leurs salaires ».

La direction considère que ces propositions sont tout à fait réalistes et refuse de négocier davantage : « nous n’irons pas au-delà », a confirmé Philippe Bluszcz. Il a ajouté : « tout ce que nous avons offert est très correct, on ne peut pas aller au-delà. On est toujours prêt à rencontrer les délégués mais on ne veut plus négocier ».

 

McCain a néanmoins tenu à rassurer ses clients, dont le géant McDonald’s, en déclarant avoir « pris toutes les dispositions nécessaires pour honorer l’ensemble des engagements auprès de ses clients », notamment grâce à ses deux autres sites français et à ses autres usines européennes.

 

« Le mouvement est bien parti pour durer », a estimé Corinne Jouvenaux, déléguée syndicale FO du site de Matougues. Elle a déploré : « la direction ne nous prend pas au sérieux ». Selon elle, une hausse de 10% des salaires est tout à fait réaliste. « Les salariés voulaient déjà cette augmentation en 2011. Ce sont les syndicats qui avaient tempéré. Maintenant, les gens sont très mobilisés. C’est pourquoi le mouvement est bien parti pour durer », selon la déléguée FO. Apparemment, les salariés des deux autres sites français de McCain seraient aussi sollicités, mais avec difficulté, pour entrer en grève par les syndicats.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend