Aller directement au contenu

L’industrie charcutière sous tension malgré l’attachement des français

Malgré l’attachement des Français, l’industrie des charcuteries-salaisons française reste sous tension.

L’industrie charcutière sous tension malgré l’attachement des français
Malgré l’attachement des Français, l’industrie des charcuteries-salaisons française reste sous tension.

Les Français sont attachés à leurs charcuteries. Selon eux, elle est avant tout synonyme de qualité, de saveur, de tradition et de diversité. Grâce à cette image toujours très positive et au dynamisme des fabricants français, la consommation de charcuteries-salaisons, après un léger repli, progresse de nouveau en 2015 (+ 1,8% en volume). La production de charcuteries-salaisons s’élève à 1,15 million de tonnes et atteint un chiffre d’affaires de 6,4 milliards d’euros.

La consommation nationale renoue avec le positif grâce au hors domicile

En 2015, la consommation à domicile de charcuteries-salaisons des ménages a légèrement reculé pour la première fois depuis 10 ans (-0,5% en 2015 vs +0,4% en 2014 ; +1,3% en 2013), se situant à 836 000 tonnes. Redynamisée, la consommation hors domicile renoue, quant à elle, avec la croissance (289 000 tonnes; +9,5%). Ses atouts sont multiples : une large diversité de goûts, une grande praticité, répondant tant aux attentes des circuits bistronomiques qu’à l’univers du snacking à la française.

L’image positive de la charcuterie continue sa progression

  • Les critères d’achat les plus importants concernant les produits de charcuterie sont d’abord liés à la qualité gustative (98%) et à la fraîcheur du produit (97%). Arrive ensuite le prix (92%), puis des critères liés au savoir-faire régional (90%), à l’origine de la viande (89%) et à la fabrication française (88%).
  • Le jambon cuit est significativement la catégorie la plus régulièrement consommée (au moins 1 fois par semaine), suivi des aides culinaires et du jambon sec. Les saucisses sont la catégorie la plus occasionnellement consommée (2 à 3 fois par mois ou 1 fois par mois).
  • Les 2 moments de la journée où la charcuterie est la plus significativement consommée sont le dîner (81%) et le déjeuner (79%), avec toutefois un taux élevé pour l’apéritif (62%).
ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Le snacking poursuit son ascension

Le snacking poursuit son ascension

Boissons, pizzas, sushis, salades, sandwiches… un univers dynamique qui répond aux nouvelles habitudes des Français : +10% en volume ! Près d’1 Panier …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend