Aller directement au contenu

Manquerons-nous d’œufs à Pâques ?

La directive européenne sur le bien-être des poules d’élevage, rendue obligatoire au 1er janvier 2012, n’a pas été suivie par l’ensemble des producteurs.

La directive européenne sur le bien-être des poules d’élevage, rendue obligatoire au 1er janvier 2012, n’a pas été suivie par l’ensemble des producteurs. De fait, « le retard dans la mise en conformité d’une partie des exploitations d’élevage à la directive […] provoque actuellement une pénurie d’œufs sur le marché européen », selon un communiqué publié par les entreprises utilisatrices d’œufs. Ces dernières doivent faire face à une « envolée » des prix et réclament aux pouvoirs publics des « mesures urgentes, exceptionnelles et temporaires ».

 

Selon le Syndicat National des Industriels et Professionnels de l’Œuf (SNIPO), la baisse du nombre d’œufs produits est de l’ordre de 10%. Ces 10% manquants entraînent une « forte hausse » du prix des œufs, +75% entre octobre 2011 et février 2012 ! Les entreprises utilisant des œufs, comme celles produisant des biscuits ou des pâtes, ont donc demandé des mesures exceptionnelles afin d’ « accroître les disponibilités à court terme » et ainsi « atténuer l’impact économique pour les consommateurs d’œufs et d’aliments en contenant ». Ils ont souligné que « cette situation a des répercussions considérables, certaines entreprises pourraient prochainement procéder à des fermetures de lignes de production, tant que les volumes feront défaut ». Cela pourrait engendrer « la mise en chômage technique d’une grande partie du personnel et l’impossibilité d’honorer les livraisons auprès de leurs clients ».

 

Même situation en Suisse, mais pour une raison différente : les poules suisses ont moins pondu cet hiver en raison du froid. Or, la Suisse importe la moitié de sa consommation d’œufs à partir des pays de l’Union européenne, qui se heurtent à la directive bien-être. Le président de l’Association des producteurs d’œufs GalloSuisse, Jean Ulmann, a prévenu : « si à Pâques les pays de l’UE n’arrivent pas à répondre à la forte demande, nous ne serons pas en mesure de les remplacer ». Les principaux distributeurs suisses, Coop et Migros, sont plutôt sereins et font confiance à leurs fournisseurs, même s’ils reconnaissent que les œufs spéciaux (bio, très gros ou très petits) risquent de manquer.

 

Alors, manquerons-nous d’œufs à Pâques ?

 

Source : agro-media.fr avec AFP et 20 Minutes.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend