Aller directement au contenu

Mauvaise année pour les oléiculteurs.

Malgré une cueillette parfois anticipée, les olives françaises récoltées cette année sont flétries et deux fois plus petites que la normale. Le manque d’eau accumulé de ces quatre dernières années rend la situation inédite. En août, les récoltes en olives de bouche ont été de 40% inférieures au volume normal. Le coût de la main d'oeuvre représentant deux tiers …

Malgré une cueillette parfois anticipée, les olives françaises récoltées cette année sont flétries et deux fois plus petites que la normale. Le manque d’eau accumulé de ces quatre dernières années rend la situation inédite. En août, les récoltes en olives de bouche ont été de 40% inférieures au volume normal. Le coût de la main d’oeuvre représentant deux tiers du coût de l’huile d’olive, les agriculteurs stoppent les récoltes afin de limiter les pertes. Ceci ne devrait pas se répercuter sur les prix puisque la production française ne représente que 5% de la consommation nationale.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend