Aller directement au contenu

Nébulisation : Le CTIFL confirme l’impact de la technologie sur les qualités nutritionnelles et organoleptiques des produits frais

De toutes nouvelles analyses scientifiques viennent de montrer que la nébulisation, technologie exploitée par la foodtech française Areco, préservait non seulement la fraîcheur mais aussi les qualités organoleptiques des salades, les maintenant dans un état proche de la récolte même après 48h sur les étals. Aujourd’hui dans un magasin, les salades invendues sont tout simplement jetées et c’est le cas …

Nébulisation : Le CTIFL confirme l’impact de la technologie sur les qualités nutritionnelles et organoleptiques des produits frais
De précédentes études (CTIFL, Cemagrev, Interbev) ont confirmé l’impact de la nébulisation sur la fraîcheur des produits, mais jusqu’alors aucune n’avait encore été en mesure de confirmer l’impact de la technologie sur les qualités nutritionnelles et organoleptiques des produits frais.

De toutes nouvelles analyses scientifiques viennent de montrer que la nébulisation, technologie exploitée par la foodtech française Areco, préservait non seulement la fraîcheur mais aussi les qualités organoleptiques des salades, les maintenant dans un état proche de la récolte même après 48h sur les étals. Aujourd’hui dans un magasin, les salades invendues sont tout simplement jetées et c’est le cas pour plus de la moitié des salades produites chaque année.

Areco, foodtech française, est à l’origine de cette technologie qui permet de maintenir la fraîcheur des produits par la diffusion d’un brouillard extrêmement fin dans l’air, sans aucune projection d’eau pouvant altérer ou mouiller les aliments. De précédentes études (CTIFL, Cemagrev, Interbev) ont confirmé l’impact de la nébulisation sur la fraîcheur des produits, mais jusqu’alors aucune n’avait encore été en mesure de confirmer l’impact de la technologie sur les qualités nutritionnelles et organoleptiques des produits frais.

Le CTIFL confirme la fraîcheur des produits après nébulisation

Le CTIFL, Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes, a réalisé de nouvelles analyses pour Areco sur des salades batavias, choisies parce que la variété possède non seulement une très haute teneur en eau mais est également très sensible à la teneur en humidité dans son environnement. La durée de conservation post-récolte d’une batavia excède difficilement les 1 ou 2 jours. Par ailleurs, une perte d’eau de l’ordre de 4 à 6 % du poids initial du produit est caractérisée par un flétrissement irréversible.

Le CTIFL a été sollicité par Areco pour mesurer quelques paramètres liés à la qualité organoleptique des salades (sucres, acides organiques) et réaliser des analyses de composés d’intérêt nutritionnel (vitamine C, caroténoïdes et polyphénols) sur des échantillons fournis par Areco. Les résultats montrent qu’au-delà de 48 heures les salades nébulisées conservent leur niveau d’acidité initial alors que celles qui ne le sont pas deviennent de plus en plus acides au fil du temps, 37% en plus après 24h. Idem pour les teneurs en caroténoïdes dans les échantillons nébulisés alors qu’elles sont environ 50% inférieures dans les autres. Contrairement aux salades témoins, les polyphénols restent stables pour les salades nébulisées.

«Les résultats de ces analyses montrent que les échantillons de salade nébulisées ont après 48h de conservation à 20°C une teneur en eau et des concentrations en composés d’intérêt nutritionnels (caroténoïdes, polyphénols) similaires à celles observées initialement, et que ce procédé permet de maintenir le produit dans un état de « fraîcheur » proche du produit de départ», explique Christophe Aubert, Responsable Laboratoire, Unité Labo Chimie du CTIFL.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend