Aller directement au contenu

Plus de 20 ans de différend sur le bœuf aux hormones prennent fin entre l’Europe, les Etats-Unis et le Canada.

L’Europe met un point final au différend commercial qui l’oppose aux Etats-Unis et au Canada depuis 1988 en acceptant une augmentation de ses importations de viande bovine de haute qualité en échange du maintien de son embargo sur le bœuf aux hormones.

L’Europe met un point final au différend commercial qui l’oppose aux Etats-Unis et au Canada depuis 1988 en acceptant une augmentation de ses importations de viande bovine de haute qualité en échange du maintien de son embargo sur le bœuf aux hormones.

En effet, l’Union européenne a interdit en 1988, invoquant des raisons sanitaires, les importations de viande bovine provenant d’animaux traités aux hormones de croissance. En riposte, les Etats-Unis et le Canada, avec l’accord de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), ont mis en place en 1999 des sanctions douanières sur de nombreux produits européens dont l’emblématique roquefort. Outre celui-ci, de nombreux produits divers et variés tels que le chocolat, les échalotes, la moutarde, les pains grillés, les jus… ont été touchés.

Le règlement européen adopté ce mercredi par le Parlement avec une large majorité prévoit une augmentation de 25 000 tonnes par an des quantités de viande bovine sans hormone potentiellement exportées des USA vers l’Europe et de 3 200 tonnes par le Canada. Ceci en échange de la levée des sanctions de 1999. La levée des surtaxes douanières par le Canada et les Etat-Unis est déjà effective. Depuis 2009 certains accords avaient déjà été signés et ce vote vient clore ce litige tout en préservant les intérêts de chacune des parties.

Le député européen José Bové, qui avait organisé notamment le démontage du Mc Donalds de Millau en protestation à la décision de 1999 de l’OMC, se réjouit évidemment de cette nouvelle qu’il considère comme « une belle victoire ».

Une issue positive va-t-elle être trouvée pour les autres litiges restant d’actualité, comme l’embargo sur la viande bovine européenne suite à la crise de la vache folle, ou bien encore le traitement des carcasses et découpes de bœuf à l’acide lactique par les Etats-Unis ?

 

Sources : Agro-media.fr avec Le Parisien, AFP et Le Point.fr.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend