Aller directement au contenu

Présidentielles 2017 : les 12 propositions de l’IAA française

Recréer de la valeur dans la filière en assurant des relations apaisées entre tous les acteurs, recréer de la confiance avec les entreprises agroalimentaires, redonner des marges de manœuvre économiques et relancer les exportations, voici ce que demandent les entreprises agroalimentaires de France, premier secteur industriel français, aux candidats à la Présidence de la République. Via l’Association des Industries …

Présidentielles 2017 : les 12 propositions de l’IAA française
Les entreprises agroalimentaires de France, premier secteur industriel français, font 12 propositions aux candidats à la Présidence de la République.

Recréer de la valeur dans la filière en assurant des relations apaisées entre tous les acteurs, recréer de la confiance avec les entreprises agroalimentaires, redonner des marges de manœuvre économiques et relancer les exportations, voici ce que demandent les entreprises agroalimentaires de France, premier secteur industriel français, aux candidats à la Présidence de la République.
Via l’Association des Industries Alimentaires (Ania), sous la forme de 12 propositions, les entreprises agroalimentaires de France veulent « lever les freins, libérer les forces de l’alimentaire et agir pour l’emploi local ».
Ces 12 propositions partent du constant que d’un côté l’industrie alimentaire française est résiliente : dans un contexte difficile, elle continue d’innover, d’exporter et surtout de créer des emplois industriels. De l’autre, « cette résilience est chaque jour un peu plus mise à l’épreuve par la destruction de valeur,
la baisse des marges, le poids de la réglementation et de la fiscalité et, en conséquence, par la perte de compétitivité de nos entreprises par rapport à nos concurrents européens et mondiaux ».

Les IAA veulent un ministère de l’Alimentation 

1- Créer un grand Ministère de l’Alimentation pour accompagner la filière, coordonner des politiques publiques ambitieuses, et mieux prendre en compte les attentes des consommateurs et des acteurs économiques. 
2- Repenser le cadre réglementaire des relations commerciales (LME) en partant d’une approche «filière ali- mentaire », en remettant le produit et l’offre au cœur des négociations commerciales, en simplifiant une loi devenue illisible. 
3- Faire appliquer la loi, toute la loi : c’est une nécessité éco- nomique et sociale vitale. 
4- Questionner le droit de la concurrence, notamment au niveau européen, pour que le dogme du prix et l’intérêt à court terme du citoyen-consommateur ne viennent pas mettre en péril l’intérêt à long-terme du citoyen-salarié : un équilibre doit être retrouvé.

Recréer de la confiance avec les entreprises agroalimentaires

5 – Pour plus de visibilité : suppression des taxes inutiles et moratoire sur la fiscalité comportementale inefficace. 
6 – Pour plus de simplicité : coordonner les différentes réglementations sanitaires et environnementales au niveau européen et éviter la surtransposition et la surrèglementation. 
7 – Pour plus de pragmatisme : faire précéder chaque nouvelle législation ou règlementation d’une étude d’impact pour juger le béné ce réel au regard des contraintes nouvelles. 
8 – Pour plus d’ambition: miser sur l’éducation alimentaire dès le plus jeune âge, valoriser les actions de nos secteurs en matière d’offre alimentaire et contribuer à promouvoir une vision plus positive de l’alimentation au travers d’un pilotage interministériel unique.

Redonner des marges de manœuvre économiques et relancer les exportations

9 – Réduire le coût du travail : transformer le CICE en baisse de charges sur les salaires. 
10 – Maîtriser le coût de l’énergie : préserver la compétitivité du coût de l’énergie, notamment pour les entreprises électro et gazo-intensives. 
11- Moderniser : poursuivre les chantiers de la solution alimentation intelligente, améliorer la lisibilité des dis- positifs de soutien à l’investissement et à l’innovation. 
12 – Exporter: mettre en place un guichet unique, des moyens humains et financiers pour reconquérir notre leadership à l’international.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Le snacking poursuit son ascension

Le snacking poursuit son ascension

Boissons, pizzas, sushis, salades, sandwiches… un univers dynamique qui répond aux nouvelles habitudes des Français : +10% en volume ! Près d’1 Panier …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend