Aller directement au contenu

Recyclage du polystyrène : Les fabricants de produits laitiers frais s’engagent à intégrer du «PS» recyclé dans leurs emballages

En cohérence avec les objectifs de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, les fabricants de produits laitiers frais poursuivent leurs actions en faveur de la création d’une filière de recyclage du Polystyrène en France, avec pour ambition d’apporter des réponses aux attentes des concitoyens en matière d’environnement et de pouvoir d’achat. Depuis plus de 10 ans les fabricants de …

Recyclage du polystyrène : Les fabricants de produits laitiers frais s’engagent à intégrer du «PS» recyclé dans leurs emballages
Depuis plus de 10 ans les fabricants de produits laitiers frais travaillent à l’écoconception de leurs emballages et ont déjà considérablement réduit les quantités de plastiques utilisées par pot, faisant du pot de yaourt en PS celui qui nécessite le moins de matière plastique. 71% des pots de yaourts en plastique sont en polystyrène allégé.

En cohérence avec les objectifs de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, les fabricants de produits laitiers frais poursuivent leurs actions en faveur de la création d’une filière de recyclage du Polystyrène en France, avec pour ambition d’apporter des réponses aux attentes des concitoyens en matière d’environnement et de pouvoir d’achat. Depuis plus de 10 ans les fabricants de produits laitiers frais travaillent à l’écoconception de leurs emballages et ont déjà considérablement réduit les quantités de plastiques utilisées par pot, faisant du pot de yaourt en PS celui qui nécessite le moins de matière plastique. 71% des pots de yaourts en plastique sont en polystyrène allégé. En parallèle, ils se sont fortement mobilisés pour accompagner le développement de la filière de recyclage du PS, avec une exigence particulière : revenir à un emballage apte au contact alimentaire. Au travers du projet Recyqualipso en cours de finalisation et des travaux lancés par Citeo dans le cadre du consortium PS25, de nombreux enseignements et rencontres avec les acteurs de la filière du recyclage permettent d’envisager, avant la fin de l’année, l’émergence d’une filière industrielle de recyclage en France.  Les fabricants de produits laitiers frais s’engagent collectivement à utiliser jusqu’à 100% du PS issu de la filière de recyclage et de collecte française.

Les pots en polystyrène pourront, à partir de 2023, prendre le chemin d’une filière de recyclage

Toute la chaine de valeur de l’économie circulaire se met actuellement en place pour collecter et recycler les 65 000 tonnes du gisement de pots PS yaourts et assimilés. Avec l’extension de la consigne de tri à tout le territoire, la majorité des consommateurs peut désormais orienter les emballages vers la « poubelle jaune ». En parallèle les centres de tri s’organisent pour gérer ces nouveaux flux entrants. Les pots en polystyrène pourront, à partir de 2023, prendre le chemin d’une filière de recyclage et non plus celui de l’incinération ou de l’enfouissement. Les nouvelles technologies de recyclage avancé, en phase de développement final, visent toutes aujourd’hui une boucle infinie de retour au contact alimentaire. Des essais sont en cours à l’échelle européenne et française pour valider formellement la circularité du polystyrène, c’est- à-dire l’utilisation de PS issu de pots yaourts pour fabriquer de nouveaux pots de yaourts.  Afin d’assurer la viabilité économique de la future filière de recyclage du PS en France, les fabricants de produits laitiers frais s’engagent collectivement à utiliser le rPS (Polystyrène recyclé) dans leurs pots et ainsi « boucler la boucle ». 

Le PS, un matériau optimisé

Matériau majoritaire pour l’emballage des produits laitiers frais, le PS présente de nombreux avantages. Les emballages en PS sont les plus légers, ils sont adaptés au remplissage à chaud et aux usages des consommateurs. Ils présentent toutes les garanties pour la sécurité sanitaire. C’est pour ces raisons que les fabricants de produits laitiers frais réaffirment aujourd’hui la nécessité de créer une économie circulaire du PS. Ils alertent sur les impacts d’une substitution du PS à court terme qui seraient néfastes à la fois d’un point de vue environnemental et économique. Cette substitution conduirait notamment à augmenter le poids des emballages et, par conséquent, leur impact environnemental. Sans oublier que les matériaux envisagés ne disposent pas actuellement de filières de recyclage opérationnelles permettant un retour au contact alimentaire.  « Nous alertons sur la fausse bonne idée qui consisterait à condamner précipitamment le PS au profit d’autres résines. Sur le plan environnemental, une telle décision ferait basculer le marché vers des résines qui ne disposent pas de filières opérationnelles de recyclage en boucle fermée en France. Alors que quelques mois supplémentaires nous permettrons de finaliser les essais en cours pour valider le passage à l’échelle industrielle du recyclage du PS», précise Muriel Casé, Déléguée Générale de Syndifrais. 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend