Aller directement au contenu

Une caissière presque licenciée pour avoir « volé » un ticket de caisse.

Voilà une histoire qui ne peut pas laisser indifférent : Anne-Marie est caissière depuis dix ans dans un hypermarché Cora situé à Mondelange (57). Elle gagne 940€ par mois.

Voilà une histoire qui ne peut pas laisser indifférent : Anne-Marie est caissière depuis dix ans dans un hypermarché Cora situé à Mondelange (57). Elle gagne 940€ par mois. Le 24 septembre 2011, elle s’aperçoit que « sur un ticket oublié par une cliente à une caisse automatique, [figure] une offre promotionnelle de Mac Do », a-t-elle expliqué au Nouvel Observateur. Pensant aussitôt qu’elle pourrait en profiter pour faire plaisir à son fils, elle a « donc ramassé le ticket et découpé le bon ». A la fin de sa journée de travail, alors qu’elle s’apprête à rentrer chez elle, elle est convoquée par sa direction. Elle est intriguée, d’autant plus qu’elle est accompagnée jusqu’au bureau par un agent de sécurité. Elle va y être interrogée pendant deux heures, « dans une petite pièce avec une pression terrible », a commenté Denis Pesce, secrétaire de l’union CGT de la Moselle qui suit le dossier.

Mais pourquoi ? Tout simplement parce que Cora l’accuse d’avoir « volé » ce ticket de caisse, qui était la propriété de l’enseigne. Cette dernière porte plainte pour vol et Anne-Marie est convoquée à la gendarmerie. Le cauchemar continue. Cora, de son côté, réclame son licenciement. Le Procureur de la République, devant lequel l’affaire a été portée, lui adresse un rappel à la loi, confirmant que le ticket était bel et bien la propriété de Cora. Anne-Marie est convoquée pour un entretien préalable à son licenciement.

 

Aussitôt, on se mobilise autour d’Anne-Marie. Et on doute de la véritable motivation de cette plainte pour vol. Car Anne-Marie est aussi élue CGT au Comité d’entreprise de Cora et suppléante du délégué du personnel. Quel hasard… ! En plus, alors que les syndicats sont peu implantés dans la grande distribution, dans cet hyper Cora la CGT a reçu 85% des suffrages aux dernières élections. Pour le syndicat, il s’agit d’une « véritable chasse aux sorcières » dont a été victime Anne-Marie.

 

Quoi qu’il en soit, sur les réseaux sociaux aussi, l’affaire émeut. Hier après-midi, 245 commentaires acerbes étaient déjà présents sur la page Facebook du magasin Cora, dont :

  • « et pour un vol de pomme c’est la chaise électrique ?? »
  • ou bien « trois fois plus de raison d’aller faire ses courses ailleurs, chez une entreprise qui ne traite pas ses salariés comme des moins que rien ! ».

Idem sur Twitter, avec notamment la remarque avisée de Maitre_Eolas, qui a considéré que : « en tout cas bravo à Cora qui avec un ticket de réduction d’1€ pour un hamburger vient de s’offrir un bad buzz à 1 million d’euros ».

Aussitôt, Cora réagit et écrit : « nous avons conscience de l’émotion suscitée par les informations parues depuis ce matin ». Quant à Anne-Marie, elle se déclare « étonnée » de l’ampleur de l’affaire sur internet et trouve cela « sympa ».

 

Finalement, Cora a décidé de reculer hier soir et a annoncé l’abandon de la procédure de licenciement engagée. Peut-être la direction du distributeur a-t-elle entendu les propos de la députée PS de Mondelange, Aurélie Filippetti, qui a appelé dans un communiqué la direction à « mettre fin à cette mascarade honteuse au nom du respect de l’action syndicale ». Même réaction indignée du côté d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), qui a demandé à Cora de « mettre un terme final à cette procédure absurde » et qui a fustigé l’attitude du Parquet qui « en l’espèce aurait été bien inspiré de rappeler à la société Cora qu’il y a d’autres priorités pour la justice que de s’occuper de tickets de caisse destinés à la poubelle d’un supermarché ».

 

Aucun doute que cette affaire va coûter très cher au distributeur.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend