Aller directement au contenu

Vous êtes déprimé(e) ? Buvez du café !

Alors que le café a longtemps été décrit comme nocif pour la santé, il semblerait pourtant qu’il ait des effets positifs sur l’organisme. Ainsi, les femmes qui boivent au moins deux tasses de café par jour auraient moins de chance d’entrer en dépression que les autres !

Alors que le café a longtemps été décrit comme nocif pour la santé, il semblerait pourtant qu’il ait des effets positifs sur l’organisme. Ainsi, les femmes qui boivent au moins deux tasses de café par jour auraient moins de chance d’entrer en dépression que les autres ! C’est à cette surprenante conclusion que les auteurs d’une étude publiée par la revue scientifique Archives of Internal Medicine (intitulée « Coffee, Caffeine, and Risk of Depression Among Women ») sont parvenus. Pour en arriver à ces résultats, l’équipe de la Harvard Medical School a suivi les humeurs de 50 000 infirmières américaines pendant 10 ans, de 1996 à 2006. Au cours de cette période, 2600 femmes ont subi une dépression. Et parmi elles, la majorité ne consommait pas ou que peu de café. Ainsi, les infirmières consommatrices de 2 à 3 tasses de café par jour avaient 15% moins de risque de développer une dépression, et ce chiffre était encore plus important pour celles consommant 4 tasses ou plus : 20% de risque en moins !

On pourrait penser que d’autres facteurs, liés à la consommation de café, entrent en jeu.

  • En effet, les buveurs de café ont aussi tendance à fumer ou à être amateurs d’alcool.
  • Ils sont également moins victimes de surpoids, d’hypertension artérielle ou de diabète.
  • Plus surprenant, ils sont aussi moins souvent impliqués dans des activités religieuses ou bénévoles dans des associations !

Pourtant, même après avoir écarté l’impact de ces facteurs, les résultats des chercheurs ont persisté : un lien entre forte consommation de café et absence de dépression existe bel et bien ! D’autres études avaient déjà mis en évidence le fait que le taux de suicide était plus faible chez les buveurs de café.

Mais alors, pourquoi ? La caféine serait la principale responsable de ce « bien-être », et modifierait les échanges chimiques ayant lieu dans le cerveau. Elle bloque ainsi certains récepteurs chimiques comme l’adénosine. Cependant, ces résultats ont encore besoin d’être confirmés. Difficile en effet de savoir qui de l’œuf ou de la poule était là en premier : est-ce parce que les femmes boivent plus de café qu’elles sont moins dépressives ou est-ce parce qu’elles sont dépressives qu’elles boivent moins de café ? Les chercheurs ne connaissent pas la réponse. En tous cas, cette étude a de quoi rassurer les amateurs de café.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques

Zoom sur 15 produits inox

C’est l’un des matériaux les plus employés dans l’agroalimentaire pour, entre autres, sa résistance et sa facilité d’entretien. Nous vous proposons un zoom …

Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend