Aller directement au contenu

Alerte, dioxine !

La contamination à la dioxine en Allemagne, c’est le sujet d’actualité qui préoccupe le monde de l’alimentaire. Déroulement des faits… Le 27 décembre dernier, l’Allemagne tirait la sonnette d’alarme auprès du système d’alerte de sécurité alimentaire européen, le RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed) : des taux élevés en dioxine ont été détectés dans des œufs produits …

La contamination à la dioxine en Allemagne, c’est le sujet d’actualité qui préoccupe le monde de l’alimentaire. Déroulement des faits… Le 27 décembre dernier, l’Allemagne tirait la sonnette d’alarme auprès du système d’alerte de sécurité alimentaire européen, le RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed) : des taux élevés en dioxine ont été détectés dans des œufs produits sur le territoire allemand. A partir du 4 janvier, tous les élevages allemands livrés en nourriture animale par Harles & Jentzsch, un producteur de graisses à destination de l’alimentation animale et de l’industrie, sont soumis à l’interdiction de vente : plus de 4 700 exploitations sont concernées. Au total, Harles & Jentzsch aurait fourni près de 3 000 tonnes de graisses alimentaires contaminées à la dioxine. Lundi 11 les autorités allemandes annonçaient l’abattage de tous les animaux contaminés à la dioxine : volailles, bovins et porcs sont concernés.
Par la suite, différents pays rejoignaient l’Allemagne parmi les victimes : les Pays-Bas, le Royaume-Uni, le Danemark et enfin, après une politique de l’autruche, la France. Face au risque de contamination, plusieurs pays ont pris des mesures de précaution vis-à-vis des viandes importées d’Allemagne comme la Corée du Sud, la Russie et la Slovaquie. Des mesures plus drastiques ont été prises : Séoul a temporairement suspendu les importations de viandes allemandes et la Slovaquie a suspendu les ventes d’œufs importés.
Ce scandale fait planer le doute sur l’efficacité du système d’alerte européen. En effet, ce n’est qu’une quinzaine de jours après le début de l’alerte que le cas français a été mis à jour ! Par ailleurs, les contrôles au sein de la chaîne alimentaire sont également remis en question ; selon la presse allemande, les graisses contaminées à la dioxine sont utilisées depuis plusieurs mois !
L’affaire a dans tous les cas influencé le cours de la viande, notamment ceux du porc. Le cours allemand a fortement chuté en faveur du cours français, accentué par une demande plus élevée que d’ordinaire. Par exemple, le porc breton de Plérin progressait de 1,2 centimes, clôturant jeudi à 1,160 euros par kilogramme. Autre conséquence de l’alerte à la dioxine : la demande en œufs bio en Allemagne est tellement importante ces derniers jours que les magasins sont en pénurie. CT.

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend