Aller directement au contenu

Le FSSC 22000 : bilan de la première année.

Le 23 février 2011, le Global Food Safety Initiative (GFSI) reconnaissait le Food Safety System Certification (FSSC 22000) comme système de management de la sécurité des denrées alimentaires.

Le 23 février 2011, le Global Food Safety Initiative (GFSI) reconnaissait le Food Safety System Certification (FSSC 22000) comme système de management de la sécurité des denrées alimentaires.

Le GFSI regroupe les grandes enseignes de distribution à l’échelle internationale. Elle reconnaît actuellement sept schémas de certification pour la transformation des aliments (BRC, Dutch HACCP, FSSC 22000, Global Red Meat Standard, IFS, SQF 2000, Synergy 22000).

A l’occasion du premier anniversaire du FSSC 22000, agro-media.fr revient pour vous sur cette norme, sur ses avantages et sur le bilan de sa première année.


Qu’est que le FSSC 22000 ?

La norme a été mise au point par la Fondation néerlandaise pour les certifications des systèmes de sécurité alimentaire, une organisation à but non lucratif fondée en 2004. Il s’agit d’une compilation de l’ISO 22000 et du PAS 220.

Elle constitue un nouveau standard de sécurité alimentaire pour les industriels destiné spécifiquement à la certification de la fabrication et de la transformation des produits et ingrédients alimentaires.

 

L’ISO 22000 exige la maîtrise des Pré-requis (PRP) mais sans les spécifier. Le PAS (Publicly Available Specification), publié en 2008 par l’organisme de certification britannique (BSI), notifie lui de manière technique et complète ces PRP.

 

Alors que l’ISO 22000 permet un management de la sécurité des aliments, le FSSC 22000 associe donc en plus les programmes de Pré-requis détaillés pour les différents secteurs de la transformation de l’agroalimentaire, ce qui lui a permis d’acquérir sa reconnaissance par le GFSI.

Le PAS 220

Co-rédigé par les industriels Nestlé, Danone, Kraft Food et Unilever, ainsi que  LRQA et ANIA, le PAS 220 a été repris en document normatif ISO sous la référence 22002-1. Cette norme spécifie les exigences pour établir, mettre en œuvre et mettre à jour les PRP de manière à satisfaire les exigences spécifiées dans la norme ISO 22000 (Article 7).

Il est composé de 18 chapitres. Les 2/3 concernent les infrastructures (conception, locaux, équipements…), la gestion des nuisibles, des déchets, l’hygiène du personnel, le plan de nettoyage et désinfection…

Il définit également des éléments additionnels déjà présents dans les référentiels privés tels que :

  • la gestion des produits retraités, recyclés ;
  • la sensibilisation du consommateur à l’étiquetage ;
  • la procédure de retrait et de rappel ;
  • la biovigilance et le bioterrorisme…

Champ d’application du FSSC

Contrairement à l’ISO 22000 qui couvre l’ensemble du secteur alimentaire de la production primaire à la distribution, le FSSC s’applique uniquement à la transformation (catégories C, D, E et L de l’ISO/TS 22003 :2007). Ce protocole s’applique également au transport et au stockage sur place pour tous les producteurs de denrées alimentaires.

La certification

Le PAS 220 ne permet pas l’obtention d’une certification en soi. Il présente les lignes directrices complétant les exigences de l’ISO 22000 :

  • Définition harmonisée des PRP ;
  • Auditeurs qualifiés ;
  • Liste des textes réglementaires à jour.

Le cycle de certification du FSSC 22000 est semblable à celui de l’ISO 22000 :

  • audit initial en 2 étapes (évaluation des PPR et évaluation du système de management) : pour une entreprise certifiée ISO 22000, cet audit initial peut être combiné à un audit de renouvellement ISO 22000 ;
  • Audit de suivi : il correspond à un audit de suivi ISO 22000 annuel ;
  • Audit de renouvellement (certification valable 3 ans).

Une soixantaine d’organismes de certification disposent d’une licence leur permettant de délivrer des certifications FSSC 22000 dont 50% de façon provisoire.

 

Les avantages de la certification FSSC 22000

Cette certification s’appuie sur une base normative internationale, sa reconnaissance par le GFSI au même titre que les référentiels privés ainsi que le soutien des industriels, de l’ANIA et de la FoodDrinkEurope sont des atouts incontestables.

 

La mise en œuvre du FSSC 22000 va permettre à l’organisme :

  • d’avoir un système de management de la sécurité des aliments structuré et intégré dans les activités générales de management (ISO 9001, ISO 14001) ;
  • de favoriser le décloisonnement interne ;
  • de mettre en œuvre une démarche méthodique qui implique l’ensemble du personnel dans un processus d’amélioration continue.

Les objectifs poursuivis sont les mêmes que pour les référentiels privés tels que IFS et BRC :

  • aider au référencement auprès des grands comptes ;
  • aider les organismes à pénétrer les marchés européens.

A la différence de ces concurrents privés, les retombées attendues sont plus larges que la grande distribution : un atout majeur pour les entreprises en B to B par exemple.

 

Bilan au bout d’un an

A sa sortie, les résultats attendus pour la norme FSSC 22000 étaient de 1 000 certifications au cours de la première année et entre 5 000 et 10 000 au bout de 3 ans, qu’en est-il aujourd’hui ?

Au mois de février 2012 le nombre total d’organismes certifiés est d’environ 1070. On peut donc estimer que les objectifs quantitatifs sont atteints pour cette norme à ce stade.

 

FSSC 22000

Le nombre de sites certifiés en Europe est d’environ 450 et varie selon les pays avec en tête l’Allemagne (57), l’Espagne (40) et l’Italie (36). Si l’on s’intéresse aux secteurs d’activités concernés, on constate que les entreprises de produits agricoles intermédiaires sont majoritaires en France par exemple, avec quasiment 50% des organismes certifiés FSSC 22000. Cette tendance est proche de celle de l’ISO 22000.

 

La certification FSSC 22000 n’a pas encore séduit des secteurs d’activités comme la viande ou les volailles. Elle concerne essentiellement les grands groupes de l’industrie. Les PME (produisant notamment des marques de distributeur) quant à elles restent très attachées aux référentiels privés.

Des freins restent présents concernant le FSSC 22000 comme l’indique Florent Perocheau de SAI Global France : « Ils ne couvrent pas les aspects liés à la revue de contrat, comme le respect des cahiers des charges, les exigences de quantité ou d’étiquetage, le respect des choix des matières premières. Il est donc difficile pour les distributeurs de les reconnaître au même titre que leurs certifications. ».

 

Avec 1 070 sites certifiés en 1 an, le FSSC 22000 reste loin de l’IFS (11 000 sites) et du BRC (17 000 sites). Le potentiel des plus de 18 000 entreprises certifiées ISO 22000 en 2010 reste prometteur.

 

Dans la guerre virtuelle que semblent se livrer les normes de sécurité des aliments, la norme FSSC 22000 fait un bon démarrage mais ne semble pas pour le moment détrôner les référentiels privés. 

Dans le cadre d’une future révision de l’ISO 22000 (aucune depuis sa publication en 2005), l’intégration d’exigences concernant le respect du cahier des charges client permettrait-elle d’en faire une norme plus en adéquation avec les attentes des distributeurs dans le cadre du FSSC 22000 ? Cette intégration est-elle possible?  En effet, une autre norme de la famille ISO couvre déjà ces aspects : la norme ISO 9001.

 

Dans l’actualité de février 2012 du FSSC 22000, un projet d’extension du champ de certification est en cours afin d’inclure la fabrication d’aliments pour l’alimentation animale (PAS 222). C.D.

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend