Aller directement au contenu

Le SIA 2011 a dévoilé les projets de demain.

Le Salon de l’Agriculture vient de se clôturer. Entre la campagne publicitaire menée par l’association France Nature Environnement et les revendications des producteurs laitiers regroupés au sein de l’Association des Producteurs de Lait Indépendants, sur fond de crise agricole, un rayon de soleil pointe à l’horizon. Le secteur agricole reprend confiance, selon Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, qui …

Le Salon de l’Agriculture vient de se clôturer. Entre la campagne publicitaire menée par l’association France Nature Environnement et les revendications des producteurs laitiers regroupés au sein de l’Association des Producteurs de Lait Indépendants, sur fond de crise agricole, un rayon de soleil pointe à l’horizon. Le secteur agricole reprend confiance, selon Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, qui espère des résultats concrets des contrats interfilières, de la compétitivité du secteur et de l’indexation des prix alimentaires. Et ce qui encourage les acteurs du monde agricole c’est bel et bien la prise de conscience du gouvernement sur la nécessité de « mesures structurelles ». La 47ème édition du SIA a ouvert principalement deux perspectives. Première d’entre elles, la dotation de 33,7 millions d’euros pour cinq projets lauréats du premier appel à projets « Biotechnologies et bioressources ». La deuxième, le lancement du réseau de fermes DEPHY Ecophyto dans le cadre du plan Ecophyto 2018…

Concernant l’appel à projet, les cinq lauréats devraient contribuer à l’amélioration des espèces végétales et à la substitution de produits non renouvelables par l’utilisation de biomasse. Des retombées sont également attendues en agroalimentaire (amélioration de la productivité, sécurité alimentaire…) et pour l’environnement (qualité des sols et des eaux, utilisation de matières premières renouvelables…). La plus grande enveloppe, 10 millions d’euros, revient au projet IDEALG, porté par l’Université Européenne de Bretagne, qui a pour objectif de valoriser la biomasse marine via le développement de macroalgues. Deux projets, défendus par l’INRA, AMAIZING et BREEDWHEAT ont pour objet la mise en place de nouvelles variétés de blé et de maïs. Enfin les deux derniers projets dont les visées sont la synthèse de molécules chimiques à haute valeur ajoutée en remplacement des produits pétroliers (SYNTHACS, INRA) et le développement de solutions innovantes pour la production de carburants et de produits chimiques à partir de déchets organiques (BIORARE, Cemagref).

D’autre part, le réseau DEPHY Ecophyto, officiellement lancé ce 25 février 2011, regroupe 1 200 agriculteurs engagés dans l’expérimentation et le partage d’expérience de réduction des pesticides. Ce réseau fait partie intégrante du plan Ecophyto 2018 piloté par la direction générale de l’alimentation (DGAL). Il est constitué d’exploitations pilotes et a pour objectif de contribuer à l’apprentissage des systèmes de culture économes en produits phytosanitaires, en soutenant les expérimentations et en mutualisant les bonnes pratiques. Il est financé à hauteur de 30 millions d’euros par an grâce à la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP).

Le Salon de l’Agriculture s’est conclu avec le palmarès des Prix d’Excellence 2011. Créé en 2000, le Prix d’Excellence a pour objectif de distinguer des producteurs pour l’excellence des résultats qu’ils ont obtenus lors des 3 dernières sessions du concours. Contrairement aux médailles du Concours Général Agricole, ce prix ne récompense pas un produit mais un producteur. Cette année, 32 Prix d’Excellence ont été décernés : 20 produits alimentaires et 12 vins.

Avec une progression de 4% du nombre d’entrées, avec 678 732 visiteurs, l’édition 2011 du Salon International de l’Agriculture a été un « bon cru » dont Jean-Luc Poulain, président du Salon, se félicite. C.T.

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend