Aller directement au contenu

Petit tour d’horizon de la grande distribution.

Dès le XVIIIème siècle, Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière, avocat devenu commerçant par nécessité lance une organisation totalement innovante pour l’époque : achat direct aux producteurs et vente à prix fixés de biens variés, allant de l’épicerie à la droguerie.

Dès le XVIIIème siècle, Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière, avocat devenu commerçant par nécessité lance une organisation totalement innovante pour l’époque : achat direct aux producteurs et vente à prix fixés de biens variés, allant de l’épicerie à la droguerie. Le principe de la distribution moderne était né. Il faudra attendre 1852 avec Le Bon Marché à Paris, transformé par Aristide Boucicaut, et reconnu comme l’un des tout premiers « grands magasins ». De 1916 à 1980, des nouveaux concepts comme le libre-service, le discount et les grandes surfaces vont se développer. A partir de 1980, grâce à des produits de qualité vendus à des prix défiants toutes concurrences, la grande surface touche de plus en plus de clients, engendrant parallèllement le déclin des spécialistes (fromageries, boucheries, etc.) et des épiceries indépendantes au profit des centrales d’achats. Dans les années 90, le secteur se concentre et s’internationalise. Aujourd’hui en France, la grande distribution, « constituée des hypermarchés et des entreprises dites du grand commerce spécialisé » selon la définition de l’INSEE, est un secteur économique de plusieurs centaines de milliers d’emplois.

agro-media.fr vous propose un tour d’horizon des principaux acteurs français. Les chiffres donnés concernent tous l’année 2009. Les enseignes sont classées par ordre croissant de part de marché sur l’alimentaire.

Système U, 100% français. Système U est un groupement de commerçants indépendants travaillant ensemble au sein d’une coopérative. Il faut remonter à 1898 pour trouver les origines de la création de l’enseigne. A l’époque, pour lutter contre la concurrence, quelques commerçants de l’Ouest de la France fondent une des premières sociétés d’achat collectif. Il faudra attendre 1975 pour que l’enseigne Système U soit créée, aujourd’hui dirigée par Serge Papin. Le « U » provient du nom UNICO donné en 1929 à une marque exclusivement distribuée par l’enseigne. Système U a réalisé 17,8 milliards d’euros de CA en 2009, dont 79% grâce à ses supermarchés, fleurons de l’enseigne, et surtout, particularité de l’enseigne, 100% en France. L’enseigne représente 9% de parts de marché sur l’alimentaire, et dispose de la deuxième meilleure rentabilité, avec 0,94%.

Groupe Casino, premier sur le hard-discount. Le Groupe Casino (ou Casino Guichard Perrachon) est un groupe de distribution en France et dans le monde. Dirigé par Jean-Charles Naouri, il est coté à la bourse de Paris et a pour actionnaire majoritaire la société Rallye. En 1898, Geoffroy Guichard ouvre une épicerie dans l’ancien « Casino lyrique » de Saint-Étienne (Loire). La Société des magasins du Casino vient de naître. En 1988, quand Jean-Charles Naouri deviendra l’actionnaire majoritaire de Casino, il rachètera Monoprix et accélèrera le développement à l’international de l’enseigne. En 2009, le CA du groupe Casino atteint 26,76 milliards d’euros, dont 23% en hard-discount, et 34% à l’étranger. Avec 10,3% de parts de marché sur l’alimentaire, Casino se classe cinquième. L’enseigne affiche une rentabilité de 0,76%, à la quatrième place des distributeurs.

Auchan, une entreprise familiale. Fondée en 1961 par Gérard Mulliez et dirigée par lui jusqu’en 2006, l’enseigne de grande distribution est actuellement gérée par Vianney Mulliez, son neveu. Auchan dispose généralement de grandes réserves foncières autour de ses magasins, via sa filiale Immochan, et tente de changer l’image austère qu’il s’était créé en rénovant progressivement ses magasins. Son CA total est de 39,6 milliards d’euros, dont 80% réalisé dans ses hypers, et 53% réalisé à l’étranger. Auchan est également la seule enseigne à ne pas avoir d’unités de proximité. Sa part de marché sur l’alimentaire est de 11,1%.

Intermarché, axé sur les supermarchés. Créée en 1969 sous le nom Ex offices de distribution, l’enseigne devient Les Mousquetaires à partir de 1972. Intermarché a totalisé 33,90 milliards de chiffre d’affaires en Europe, dont 87% en France. Une des originalités d’Intermarché par rapport à ses concurrents, c’est de disposer d’un parc de supermarchés nettement supérieur à celui de ses hypers (67% de l’activité en France), à l’instar de Système U. L’enseigne représente ainsi 13,5% de parts de marché sur l’alimentaire, en troisième position. La rentabilité d’Intermarché est de 0,94%, deuxième ex aequo avec Système U.

Leclerc, le meilleur taux de pénétration. Coopérative de commerçants, elle regroupe des magasins indépendants de plusieurs pays européens et emploi plus de 100 000 personnes. C’est Edouard Leclerc, en 1949, qui avait ouvert l’un des tout premiers supermarché à Landerneau en Bretagne. Aujourd’hui, avec ses 34,97 milliards d’euros de chiffre d’affaires en Europe, dont 92,5% réalisé en France, Leclerc pointe à la troisième place des distributeurs français en termes de CA total. Concernant l’alimentaire, il totalise 16,9% de parts de marché. Son taux de pénétration, c’est-à-dire la part de la population ayant réalisé au moins un acte d’achat dans l’enseigne dans l’année, est de 56,8%, premier devant tous ses concurrents. Enfin, Leclerc possède la meilleure rentabilité, avec 1,40% en 2008. Avec Michel Edouard Leclerc à sa tête, le groupement est resté aux mains de la famille.

Carrefour, deuxième groupe mondial de distribution. C’est le pionnier du concept d’hypermarché dès 1963. Hormis l’enseigne Carrefour, le groupe exploite d’autres enseignes, aussi bien internationales (Ed), que locales (GS, Supermarchés GB, Norte, Shopi, 8 à Huit). Aujourd’hui le groupe rassemble l’ensemble de ces enseignes sous un même nom, Carrefour (ex : Carrefour Market, Carrefour Express, Carrefour City, etc). Avec ses 85,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires total, Carrefour est le premier distributeur français. Cependant, son CA en France ne représente « que » 43% du chiffre précédent, ce qui montre le poids de l’international dans l’activité de Carrefour. L’enseigne dispose du deuxième meilleur taux de pénétration avec 54,1%, et de 23,9% de part de marché sur l’alimentaire. La rentabilité de Carrefour est la plus faible des distributeurs français, avec seulement 0,11%.

En conclusion, rappelons que les performances ci-dessus (2009) ont été affectées par la perte d’attractivité des hypers et par la baisse du panier moyen. G.T.

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend