Aller directement au contenu

Industrie agroalimentaire : une industrie féminisée mais peu de dirigeantes

Elles sont conductrices de ligne, boulangères, techniciennes qualité, chargées d'études marketing, responsables innovation recherche et développement ou encore négociatrices de matières premières. En 2012, le secteur agroalimentaire comptait 38 % de femmes (dernières données en date). Un chiffre encourageant si l'on considère qu'elles ne représentent que 24 % des effectifs de l'industrie.

Elles sont conductrices de ligne, boulangères, techniciennes qualité, chargées d’études marketing, responsables innovation recherche et développement ou encore négociatrices de matières premières. En 2012, le secteur agroalimentaire comptait 38 % de femmes (dernières données en date). Un chiffre encourageant si l’on considère qu’elles ne représentent que 24 % des effectifs de l’industrie. Légèrement moins sachant que tous secteurs confondus, les femmes comptent pour 51 % de la masse salariale. D’autant que les évolutions dans l’agroalimentaire, en près de vingt ans, ont été nulles. En 1996, la part des femmes dans le secteur était déjà de 38 %. Elle est montée jusqu’à 40 % en 2006, pour retomber à 37 % en 2009 et revenir à son point de départ : 38 % en 2012. 

 

Ces deux ou trois dernières années pourtant, « le nombre de femmes à travailler dans l’agroalimentaire a considérablement augmenté, affirme Christian Crétier, secrétaire fédéral de la FGTA-FO et président de l’Observatoire des métiers des industries alimentaires (Observia). Les accords de branches et inter-branches signés il y a quelques années commencent à porter leurs fruits. » Même dans les secteurs très peu féminisés comme celui de la viande, les femmes sont de plus en plus nombreuses, selon le représentant syndical. 

 

Les femmes, sur-représentées dans les métiers de contrôle et d’analyse

Selon une étude d’Observia, les femmes sont également peu représentées dans les secteurs de la sucrerie et de la raffinerie, dans la meunerie, et dans les entreprises de production de boissons sans alcool, d’eau ou de bières. A l’inverse, elle sont nombreuses dans la biscuiterie, la confiserie, la boulangerie-pâtisserie, les aliments pour l’enfance et la diététique ou encore les industries de produits alimentaires élaborés. 

 

De même, certains métiers restent encore largement masculins. Seuls 1 % des techniciens de maintenance industrielle sont par exemple des femmes. Elles ne représentent que 17 % des superviseurs de production mais 49 % des opérateurs de production, selon les estimations. De façon générale, elles sont largement sous-représentées dans les métiers de la maintenance et des travaux neufs et dans la logistique et sont au contraire majoritaires dans les métiers de contrôle, analyse et laboratoire, de gestion, administration, ressources humaines ou marketing. 

 

Les postes occupés par des femmes

Présence des femmes par métier dans le secteur de l'agroalimentaire

 

 

Jusqu’à 50 % d’écart de salaires entre hommes et femmes dans les IAA

En matière de rémunération et de statut au sein de l’entreprise, des efforts restent à accomplir pour parvenir à l’égalité hommes-femmes. Difficile de connaître exactement les écarts de salaires qui existent dans l’agroalimentaire. Une enquête menée par l’Apec en mars 2013 concluait à une différence de 25 % entre hommes et des femmes au poste de cadre dans l’agroalimentaire : les femmes ayant un salaire annuel brut médian de 44 000 euros contre 55 000 euros pour les hommes. Selon l’étude Mutationelles 2013, les écarts de salaires, sur l’ensemble des salaires, seraient d’environ 20 % mais pourraient atteindre 50 % pour les ingénieurs. 

 

Selon Observia, les disparités sont d’ailleurs plus importantes chez les cadres et elles se creusent avec l’âge. Elles s’accentuent d’autant plus si l’on tient compte des interruptions de carrières. Et nombre de congés longue durée concernent les femmes, pour raisons familiales. « Ils restent encore des efforts à faire pour améliorer la situation des femmes enceintes dans les entreprises agroalimentaires, confirme Christian Crétier. Il faut faire davantage le lien entre vie familiale et vie professionnelle. »

 

Agroalimentaire : seules 6 % de femmes cadres

De façon générale, l’agroalimentaire et de l’industrie pharmaceutique sont les deux secteurs où les écarts de salaires sont les plus prononcés. Et ces écarts peuvent parfois perdurer même lorsqu’une femme est à la tête de l’entreprise, comme l’explique Catherine PetitJean, directrice de la Maison Mulot et PetitJean, qui produit du pain d’épice depuis le XVIIIe siècle. « Lorsque j’ai repris l’entreprise familiale, reconnaît-elle, je n’ai pas révisé la grille de salaire. Jusqu’à ce que je réalise que la rémunération des femmes était inférieure à celle des hommes. La prise de conscience est la première étape indispensable pour rétablir l’égalité hommes-femmes. » Dans cette entreprise, ce sont pourtant les femmes qui dominent. Elles représentent en effet 70 % des effectifs de cette PME d’une cinquantaine de salariés. « Au point qu’il a fini par y avoir tellement de femmes dans l’entreprise que je voulais au contraire embaucher des hommes, plaisante la dirigeante. L’égalité, c’est valable dans les deux sens. »

 

Catherine PetitJean fait ainsi partie des exceptions. Les femmes dirigeant d’entreprises dans le secteur sont rares. De façon générale, seule 6 % de femmes sont cadres dans l’agroalimentaire. La plus grande majorité (49 %), sont ouvrières.

Ces femmes dirigeantes dans le secteur agroalimentaire

 

« Les femmes n’osent pas assez »

Marie-Laure Reynaud appartient elle aussi à aux exceptions. Elle a géré l’entreprise Giraudet, qui produit des quenelles, durant plus de vingt ans. Elle est aujourd’hui la présidente de la délégation de Lyon de l’Association des Femmes Chefs d’Entreprises. « J’ai toujours aimé le défi de transformer un handicap en avantage », affirme-t-elle : relever une entreprise à la dérive -comme Giraudet dans les années 1990- ou être une femme dirigeante dans un milieu majoritairement masculin.

 

« L’avantage, c’est qu’en temps que femme dirigeante, on nous repère et retient facilement. Le problème des femmes, c’est qu’elles n’osent pas assez. Elle ont toutes les qualités requises pour être dirigeantes. De plus, lorsque c’est une femmes aux manettes, des étude sont montré que les entreprises allaient bien, que le management était plus participatif ». Le rôle de l’association Femmes Chef d’Entreprises est justement de favoriser le partage d’expérience et d’inciter les femmes à accéder à des mandats, à la chambre de commerce ou au prud’homme par exemple. 

 

En réalité, « les efforts sont à faire dès la formation, estime Christian Crétier. Les métiers de l’agroalimentaire sont peu connus, ils ne sont pas assez attractifs et certains stéréotypes de genre persiste. » Le cas des ingénieurs se détache néanmoins du lot. Dans l’enseignement supérieur, les formations scientifiques dans l’agroalimentaire -et dans la chimie- sont les plus plébiscitées par les étudiantes. En 2013, les étudiants ayant choisi des études d’ingénieur agronome étaient à 66 % des femmes.

 

Et parmi les formations d’ingénieur les plus féminisées, on retrouve à la troisième position Agrosup Dijon (75,77 % de femmes), l’École Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l’Alimentation Nantes-Atlantique à la quatrième (73,08%) et l’École supérieure de microbiologie et de sécurité alimentaire à la cinquième place (70,99%). La part des femmes dans le secteur agroalimentaire pourrait donc s’accroître dans les années à venir. « Il faut savoir être patient », soutient Catherine PetitJean.

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend