Aller directement au contenu

Sécurité alimentaire : L’industrie agroalimentaire déterminée à protéger la santé des consommateurs

La sécurité des aliments continue de faire l’objet d’une grande attention de la part de l’industrie agroalimentaire et de faire l’objet de nombreux débats à travers le monde. Selon une fiche de 2018 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 200 maladies sont transmises par la nourriture. Une personne sur 10 tombe malade chaque année en mangeant …

Sécurité alimentaire : L’industrie agroalimentaire déterminée à protéger la santé des consommateurs
DNV GL et la Global Food Safety Initiative (GFSI) ont mené une enquête auprès des acteurs de l’industrie des aliments et des boissons. Celle-ci souligne à quel point le secteur des produits alimentaires et des boissons est déterminé à protéger la santé des consommateurs et à se conformer à la réglementation.

La sécurité des aliments continue de faire l’objet d’une grande attention de la part de l’industrie agroalimentaire et de faire l’objet de nombreux débats à travers le monde. Selon une fiche de 2018 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 200 maladies sont transmises par la nourriture.
Une personne sur 10 tombe malade chaque année en mangeant des aliments contaminés et 420 000 personnes en meurent chaque année. Les enfants âgés de 5 ans sont particulièrement exposés au risque, chaque année environ 125 000 jeunes enfants meurent de maladies d’origine alimentaire.
Production à la ferme, première transformation (abattage ou récolte), stockage, transport et distribution sont mentionnées par l’OMS parmi les étapes de la chaîne de valeur des aliments où la contamination est le plus susceptible de se produire, faisant de la sécurité sanitaire des aliments une préoccupation multisectorielle et multidisciplinaire.

De fortes synergies entre sécurité alimentaire, réglementation et certification

Pour aider à éclairer les problèmes et contribuer à apporter des améliorations, DNV GL – Business Assurance et la Global Food Safety Initiative (GFSI) se sont associés pour mener une enquête auprès des acteurs de l’industrie des aliments et des boissons. Un rapport qui offre un aperçu de l’état d’esprit et de l’approche de l’industrie en matière de sécurité alimentaire et de certification par des tiers.
L’enquête a été menée en novembre et décembre 2018 auprès de 1 643 professionnels d’entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons de toute la chaîne de valeur en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique centrale et du Sud et en Asie.
Cette enquête souligne à quel point le secteur des produits alimentaires et des boissons est déterminé à protéger la santé des consommateurs et à se conformer à la réglementation. Les réponses indiquent de fortes synergies entre la sécurité alimentaire, la conformité réglementaire et la certification des systèmes de sécurité alimentaire.

L’accent sur la protection des consommateurs

Les acteurs de l’industrie des produits alimentaires et des boissons sont bien conscients de l’importance globale de la sécurité alimentaire. Le bien-être des consommateurs et le respect de la réglementation sont leurs principales préoccupations.
La protection des consommateurs est sans aucun doute le facteur le plus important pour les répondants, quel que soit le secteur, la taille de l’entreprise et le lieu (88%), suivi du respect des lois et réglementations (69%), tandis que les exigences des clients (61%) viennent en troisième position.
À l’inverse, les avantages commerciaux sont généralement moins importants (40%). La sécurité alimentaire est perçue comme une condition préalable à de bonnes pratiques commerciales et non comme un avantage concurrentiel.

Les Européens plus sensibles à la question

Bien que les consommateurs et la conformité soient des aspects essentiels pour l’ensemble du secteur de l’alimentation et des boissons, d’autres tendances se dégagent.
Les grandes entreprises reconnaissent l’impact plus large de la sécurité alimentaire. Il convient également de souligner que, si les répondants européens ont obtenu une très bonne note parmi les trois principales options (en particulier en ce qui concerne les besoins des clients), les réponses de l’Amérique centrale et du Sud et de l’Asie sont plus diverses. Cela montre que les motivations pour produire des aliments sains sont légèrement plus diverses dans ces régions qu’en Europe.

Culture de la sécurité alimentaire à la hausse

Lorsqu’ils ont été interrogés sur les risques, 77% des personnes interrogées ont identifié à juste titre les risques opérationnels (contamination chimique, physique, microbiologique, par exemple) comme les principales menaces à la sécurité alimentaire. L’absence de culture liée à la sécurité sanitaire des aliments vient en deuxième position et a été sélectionnée par 31% des répondants, avant le respect de la réglementation (28%) et le manque de gestion de la chaîne d’approvisionnement (21%).
Les secteurs auxquels appartiennent les entreprises semblent également affecter leur perception du risque. Les entreprises manufacturières (transformation des aliments) sont davantage axées sur les risques opérationnels, tandis que les commerces de détail et de gros s’inquiètent davantage du manque de gestion de la chaîne d’approvisionnement et du manque de compétences dans le domaine de la sécurité des aliments, probablement en raison de la nature de leurs activités.

Quelles mesures pour réduire les risques ?

Les actions d’atténuation des risques. Les systèmes et procédures sont la clé .

Les mesures les plus efficaces prises par les entreprises pour réduire les risques concernent les systèmes de sécurité des denrées alimentaires: HACCP (85%), les procédures visant à garantir la sécurité des denrées alimentaires dès la phase de conception d’un produit (68%) et un système de gestion (par exemple ISO 22000) couvrant les exigences de production et la réalisation de l’amélioration continue (66%).
Non loin derrière, la culture de la sécurité alimentaire est en quatrième position, indiquant que la mise en œuvre d’une telle culture est en hausse. «Presque tous les éléments dépassent les 50%, ce qui suggère que de nombreuses entreprises entreprennent une série d’actions qui se révèlent efficaces. L’efficacité des actions varie selon les secteurs», explique le rapport. Les systèmes de gestion obtiennent de meilleurs résultats pour les fabricants de produits alimentaires, tandis que les programmes de chaîne d’approvisionnement s’avèrent plus efficaces pour les détaillants / grossistes.

La réglementation au premier plan

Parmi les avantages obtenus par les entreprises grâce aux mesures d’atténuation des risques prises, la conformité aux exigences légales et réglementaires occupe une place bien supérieure aux autres facteurs (81%).
À distance, la diminution des incidents / rappels et l’amélioration de l’image de marque / de la réputation de la marque complètent la liste des 3 priorités.
La réglementation en matière de sécurité des aliments est clairement au premier plan des préoccupations et des exigences de l’industrie en matière de HACCP et de procédures, telles que les systèmes de gestion de la sécurité des aliments, contribue à améliorer la conformité réglementaire et à réduire le nombre d’incidents.
En Asie, les trois principaux avantages sont les mêmes, mais les scores sont supérieurs à ceux de l’échantillon général. Il convient de noter que, dans ces régions, les gouvernements ont fait de la sécurité sanitaire des aliments une priorité essentielle et ont travaillé au renforcement significatif de leurs systèmes nationaux de contrôle des aliments au cours des dernières années.

De plus en plus pertinent pour la stratégie commerciale

La sécurité alimentaire est pertinente pour la stratégie commerciale de 90% de l’échantillon. Cependant, seulement 63% le jugent pertinent dans une large mesure, ce qui semble suggérer que le traitement de la santé du consommateur et de la conformité occulte de manière opérationnelle les processus stratégiques.
Les perspectives dans 3 ans montrent une augmentation dans une large mesure, passant de 63% aujourd’hui à 69%.
Pratiquement aucune entreprise ne considère la sécurité alimentaire comme non pertinente pour sa stratégie commerciale. Les producteurs de produits alimentaires et les détaillants / grossistes en aliments prévoient une augmentation de la pertinence des questions relatives à la sécurité des aliments. Cela peut être lié à l’attention croissante portée à des sujets tels que la gestion de la chaîne d’approvisionnement et la transparence.

Faire progresser la sécurité alimentaire

En analysant la maturité de la gestion de la sécurité alimentaire, la part des entreprises qui se disent leaders sur une échelle de développement à 5 points est relativement faible (22%) aujourd’hui.
Cependant, la situation s’améliore dans trois ans, avec environ un sur deux qui espère améliorer considérablement leur maturité en matière de gestion de la sécurité des denrées alimentaires.
Cela représente une augmentation de 27 points de pourcentage du nombre d’entreprises qui se considèrent comme leaders dans 3 ans. Les grandes entreprises sont plus matures que l’échantillon général, avec des pourcentages plus élevés, se considérant en avance à la fois aujourd’hui et dans trois ans.

Une entreprise sur deux envisage d’investir encore plus

Quels que soient leur taille, leur secteur d’activité ou leur situation géographique, les entreprises entendent poursuivre leurs investissements dans la sécurité alimentaire. Au total, 42% ont répondu qu’ils continueraient à investir au même niveau qu’aujourd’hui.
Près d’une entreprise sur deux envisage d’investir encore plus. L’Asie se distingue par une forte intention d’investir plus qu’aujourd’hui (14% de plus par rapport à l’échantillon total), ce qui témoigne du fort engagement des entreprises de cette région d’améliorer la sécurité alimentaire.
Les grandes entreprises investiront plus qu’aujourd’hui et dans des proportions plus élevées que les petites entreprises.

La certification, un passeport de sécurité alimentaire

Outre la conformité, les autres principaux avantages sont l’amélioration de la qualité des produits / des denrées alimentaires plus sûres (79%) et une meilleure sensibilisation et culture des employés (78%),

Les exigences existantes et potentielles des nouveaux clients figurent parmi les principaux facteurs de certification des systèmes de sécurité sanitaire des aliments.
«Il est clair que les clients utilisent la certification pour gérer leurs fournisseurs et que la certification apparaît comme une passerelle pour le commerce dans les chaînes de valeur où les évaluations des fournisseurs sont plus strictes que jamais» rapporte l’étude.
La certification est également un moyen d’améliorer les programmes de sécurité alimentaire pour 54%. Dans l’ensemble, les entreprises reconnaissent la valeur commerciale de la certification, suggérant une combinaison de facteurs internes et de facteurs.
Les grandes entreprises semblent toutefois être plus motivées par des facteurs internes. Il en va de même pour les répondants asiatiques qui ont choisi des facteurs internes, tels que l’amélioration du système de sécurité des aliments et l’amélioration continue des activités, plus souvent que l’échantillon total. Cela suggère que les entreprises asiatiques se concentrent fortement sur l’amélioration de la sécurité alimentaire, au-delà des exigences des clients potentiels, par exemple.
Lorsqu’elles ont été interrogées sur les différents avantages découlant de la certification de leurs systèmes de sécurité des aliments, les entreprises ont évalué de nombreux points, confirmant ainsi les nombreux avantages de la certification.
Outre la conformité, les autres principaux avantages sont l’amélioration de la qualité des produits / des denrées alimentaires plus sûres (79%) et une meilleure sensibilisation et culture des employés (78%), suggérant que la certification pourrait également être une réponse au risque identifié de manque de culture de la sécurité alimentaire.
Certaines différences émergent. La qualité des produits est un avantage important, en particulier pour les entreprises actives dans la production alimentaire et la fabrication d’emballages. Les grandes entreprises obtiennent moins d’avantages en termes de facteurs externes, tandis que les entreprises certifiées selon un système référencé par GFSI sont celles qui semblent gagner le plus et affichent des pourcentages plus élevés pour la plupart des avantages.
Au-delà des avantages spécifiques, la certification ajoute de la valeur à l’ensemble de l’organisation et à ses parties prenantes pour 1 répondant sur 2.

La gestion des chaînes d’approvisionnement

En ce qui concerne les fournisseurs, 70% des répondants exigent que tous ou la plupart d’entre eux soient certifiés. Les grandes entreprises ont tendance à exiger que tous leurs fournisseurs soient certifiés.
En ce qui concerne les différents secteurs, les services de restauration et les détaillants / grossistes en alimentation comptent parmi ceux qui exigent le plus souvent la certification de leurs fournisseurs.
Les entreprises ont été interrogées sur les facteurs qui les poussaient à exiger une certification de leurs fournisseurs. Le premier facteur est interne (amélioration propre de la société).
À distance, des facteurs externes tels que le désir d’améliorer les systèmes des fournisseurs et de satisfaire les besoins des clients. Les entreprises utilisent la certification des fournisseurs en tant qu’outil de gestion des risques de leur propre chaîne d’approvisionnement et pour protéger leur entreprise.
Dans l’ensemble, toutefois, les réponses suggèrent que la certification du fournisseur est un moyen de protéger et d’améliorer l’activité et de protéger sa réputation.
La plupart des répondants (89%) voient clairement les avantages découlant de la certification du fournisseur. Cependant, des différences entre les secteurs peuvent être perçues, les entreprises opérant dans les services de restauration en profitant le plus et celles du secteur primaire les moins.
Les grandes entreprises ont tendance à percevoir une valeur plus élevée, peut-être parce qu’elles disposent de chaînes d’approvisionnement plus complexes. L’avantage (73%) est le niveau de confiance le plus élevé, suivi des produits plus sûrs (67%) et de la conformité aux spécifications / conforme à nos exigences (65%).
La certification du fournisseur s’avère donc être un outil efficace pour produire des aliments plus sûrs, tout en surveillant la chaîne d’approvisionnement. Encore une fois, les détaillants / grossistes et les entreprises du secteur de la restauration sont ceux qui obtiennent le plus d’avantages, tandis que le secteur primaire perçoit moins d’avantages.

La gestion durable de la chaîne d’approvisionnement dans l’industrie agro-alimentaire

Les entreprises continuent de faire face à des demandes croissantes pour prouver qu’elles prennent en compte la durabilité dans toute leur chaîne de valeur.
Lorsqu’on leur a demandé quels aspects spécifiques les entreprises jugeaient pertinentes pour une chaîne d’approvisionnement durable, plus de la moitié des entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons ont répondu que leur impact environnemental était faible (57%), suivi de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail (43%), de la robustesse de la gestion financière ( 38%) et l’éthique (34%).
Pour ce qui est des décisions d’achat, la durabilité des chaînes d’approvisionnement est importante pour 9 entreprises sur 10 et, dans une large mesure, pour plus d’un tiers des entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons interrogées.
Sur ces 89%, se sont sentis obligés de gérer leur chaîne d’approvisionnement de manière plus durable: les trois principaux facteurs étaient les clients (75%), les régulateurs et les autorités (43%, +10 points de pourcentage par rapport à l’échantillon général) et les consommateurs finaux ( 38%, +17 points de pourcentage par rapport à l’échantillon général).
Un total de 85% (+5 points de pourcentage par rapport à l’échantillon général) indiquent que leurs entreprises ont pris au moins une action pour améliorer la durabilité de leur chaîne d’approvisionnement.
Les initiatives entreprises sont principalement auto-menées: 41% ont directement procédé à un audit de certains fournisseurs, 39% ont demandé aux fournisseurs de fournir des informations, 37% ont mis en œuvre et communiqué une politique de développement durable et 36% ont entamé un dialogue avec les fournisseurs afin de relever ces défis.
Lorsqu’on les interroge sur l’étendue de leurs actions, seuls 9% (+2 points de pourcentage par rapport à l’échantillon général) déclarent avoir atteint à tous les niveaux de leur chaîne d’approvisionnement.
La gamme d’actions et d’initiatives auto-dirigées semble avoir une pénétration limitée dans la chaîne d’approvisionnement, même si elle est légèrement supérieure à celle de l’échantillon général. 45% des entreprises du secteur des produits alimentaires et des boissons n’ont encore contacté que quelques fournisseurs de niveau 1.
Près d’une entreprise agroalimentaire sur deux a amélioré sa capacité à répondre aux besoins de ses clients en intégrant la durabilité dans ses activités. Au total, 39% ont réduit les risques sociaux ou environnementaux, tandis que 35% ont gagné en notoriété.
Globalement, 74% des entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons ont constaté que les avantages des actions mises en œuvre étaient supérieurs ou égaux aux coûts. Lorsqu’on leur demande d’évaluer leur maturité en matière de durabilité sur un horizon de trois ans, ils s’attendent à une amélioration et 78% prévoient une pression accrue dans 3 ans pour démontrer l’existence d’une source d’approvisionnement plus durable.
93% des entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons augmenteront ou maintiendront le même niveau d’investissement dans la durabilité de la chaîne d’approvisionnement.

Comment les nouvelles technologies numériques pourraient améliorer la sécurité des aliments ?

A cette question, les réponses semblent indiquer qu’une majorité des entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons étudient encore comment utiliser les nouvelles technologies numériques pour améliorer la sécurité des aliments dans leurs propres opérations ou chaînes d’approvisionnement.
Les entreprises asiatiques semblent voir plus d’opportunités que les autres zones géographiques. Les deux secteurs de la restauration, du stockage et de la distribution semblent également avoir progressé. Au niveau global, moins de 1 sur 10 pense que les nouvelles technologies numériques contribuent à renforcer la sécurité alimentaire dans leur entreprise.
Il y a une augmentation limitée à 15% en 1 an, alors qu’en 3 ans le développement est plus significatif avec près de 4 sur 10 de voir la numérisation en faveur de la sécurité alimentaire.

Toute entreprise qui n’envisage pas d’investir dans la numérisation ou n’investit pas dans celle-ci ne sera probablement plus dans 10 ans, révèle le rapport…

Capteurs, balises et blockchain

Selon les entreprises interrogées (44%), les capteurs et les balises sont les nouvelles technologies numériques les plus pertinentes en matière de sécurité alimentaire, suivies de la blockchain (15%). Les étiquettes intelligentes et les étiquettes se classent en troisième position.
Il convient de noter que, même si elles peuvent être mises en œuvre sans être combinées avec d’autres technologies, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique ne représentent que 2%. Pour les capteurs et les balises, les fabricants d’aliments sont les plus gros utilisateurs avec 57%. Dans un an, rien ne changera de manière significative si ce n’est que le big data remplace les balises et les étiquettes intelligentes dans le top 3.
Il est intéressant de noter que l’Asie se distingue par toutes les nouvelles technologies numériques, tandis que l’Europe semble encore plus orientée vers les capteurs et les balises. Dans trois ans, l’Asie maintiendra ses taux élevés. Les capteurs et balises restent en tête du classement avec 57% mais plus équilibrés avec la blockchain à 40% et le big data à 38%. Quoi qu’il en soit, la collecte des données restera un défi majeur pour les entreprises.

27% ne savent pas combien elles investiront dans les solutions numériques

Les entreprises ont également été interrogées sur les investissements qu’elles effectueront dans les solutions numériques visant à améliorer la sécurité alimentaire.
Si elles ont conscience de l’importance que les nouvelles technologies numériques pourraient jouer dans leur secteur, elles ne sont pas encore certaines des applications pratiques en matière de sécurité des aliments.
Cela semble corroborer l’idée selon laquelle de nombreuses entreprises explorent encore la manière dont les nouvelles technologies numériques peuvent être utilisées pour renforcer la sécurité des aliments plus efficacement qu’aujourd’hui dans leurs propres activités et dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Au total, 27% ne savent pas combien elles investiront.

Tendances de la numérisation en matière de sécurité alimentaire

Qu’il s’agisse de produits laitiers, du scandale de la mélamine en 2008 en Chine, de la contamination des produits de bœuf par la viande de cheval en 2013 ou du faux rosé franco-espagnol de l’année dernière, les clients remettent en question leur confiance dans les producteurs et les détaillants de produits du monde entier. Ces expériences ont renforcé leur besoin de connaître les caractéristiques et l’origine de la nourriture qu’ils achètent et mangent.
Technologies de services en nuage, capteurs et balises, IoT et connectivité, analyses basées sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique et étiquettes et étiquettes intelligentes ne sont que quelques-unes des technologies qui pénètrent dans de nombreux secteurs de manière perturbatrice.
Il convient également de mentionner qu’après avoir fait sa première apparition dans les technologies financières, la technologie des chaînes de blocs s’est développée pour s’étendre à presque tous les autres secteurs, y compris le secteur des aliments et des boissons.
La Blockchain, une nouvelle technique de stockage de données, permet aux utilisateurs de créer une « chaîne » d’informations pertinentes sur, effectivement, n’importe quoi.
Cette “chaîne” ne peut plus être changée une fois que l’information a été stockée – elle est incorruptible. C’est pour cette raison que la blockchain est présentée comme une technologie révolutionnaire aux implications profondes.

Les défis et les opportunités

La question qui se pose est la suivante: qui paiera pour la vigilance accrue et la transparence destinées à instaurer la confiance? Des normes plus strictes en matière de sécurité alimentaire fixées par la réglementation exigeront de nouvelles solutions à mettre en œuvre.
Le gouvernement allemand et les détaillants locaux ont lancé un étiquetage en quatre étapes des produits à base de viande, le niveau le plus bas correspondant aux normes réglementaires minimales en matière de viande.
Les trois niveaux ci-dessus répondent évidemment à de meilleures conditions. Le niveau supérieur est le niveau 4, «Premium», avec les meilleurs points pour la transparence et le soin des animaux. À court terme, ce niveau est susceptible d’être géré via une fonctionnalité «premium» sur certains produits.
Mais le défi est pour que la numérisation profite des avantages de manière à devenir même généralisée dans toutes les parties de la chaîne, comme pour tout produit. Les limites sont plus susceptibles d’être repoussées là où les marges le permettent.
Des recherches récentes suggèrent que certains groupes de consommateurs soient prêts à payer un supplément pour des produits durables offrant des avantages supplémentaires en termes de qualité, de sécurité, d’environnement et d’éthique. L’effacement des produits contrefaits permettrait de financer les coûts de nombreuses technologies, y compris la blockchain. Une question demeure quant à la rapidité avec laquelle la technologie peut être déployée à chaque niveau du secteur de la vente au détail et aux catégories de produits les plus dynamiques.
La concurrence et la recherche de la transparence garantiront l’apparition d’une certaine forme de numérisation, ce qui signifie que toute entreprise qui n’envisage pas d’investir dans la numérisation ou n’investit pas dans celle-ci ne sera probablement plus dans 10 ans. (Sources : Rapport DNV GL /GFSI)

ParLa rédaction
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend